CNY 10 : La New Yorkaise

Dès qu’elle sort du métro, la New-Yorkaise vire ses Nike et se perche sur d’immenses talons. Le transfert de pompes effectué, elle ajuste sa robe et s’élance à grand pas dans la rue. Sûre d’elle (toute l’année) et jambes nues (jusqu’en novembre), elle porte le cheveu long lissé et la mèche disciplinée. Le décolleté en pointe de sa robe révèle bien malgré lui les deux cinquième de deux seins solidement accrochés que ses enjambées déterminées n’ébranlent même pas. La main droite s’agrippe à un gobelet Starbuck grand modèle dans lequel refroidit un café latte, la main gauche tient un I-Phone relié à son oreille par un fil complice. Elle parle fort, très fort, et si elle ne souriait pas dans le même temps on pourrait croire à des hurlements. Ça c’est un truc qu’on ne sait pas faire en France.

Le pire est quand elle retrouve ses copines au restaurant. Il vous faudra oublier le dîner romantique en tête-à-tête ou bien partir si, par malheur, à côté de vous s’installe une grappe de 8 ou 10 américaines très contentes. Parce que l’américaine est toujours très contente sinon elle ne serait pas là, dans un restaurant, avec ses copines. La bonne humeur et le rire quasi permanent que rien ne semble justifier est la marque de fabrique “Made in USA”, une forme de politesse à laquelle on finit par s’habituer.

Quel Bonheur que celui d’être à Paris ! (“sur” Paris comme disent les provinciaux et certains autres peu regardant de la linguistique). Ce retour me plonge dans un drôle de paradoxe, d’un côté une attirance insatiable pour l’expérience nouvelle et de l’autre, la joie de retrouver ses repères : famille, amis, toits en zinc, CSG, plumes plongées dans l’acide…

En d’autres termes : contente de partir, mais encore plus de revenir.

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

5 réflexions au sujet de « CNY 10 : La New Yorkaise »

  1. Et s il faut en rajouter sur les américaines… Cette curieuse façon de marcher les genoux très écartés … Ce qui leur donne une démarche de chameau pendant leur déplacement et une curieuse position au repos de ventre bombé , le nez au vent .. Oserais je encore quelques mots de médisance en rajoutant que certaines en plus mettent les pointes de pieds en dedans….

  2. Avec le sourire, il y a aussi le grand geste dans le chevelure tout en maintenant le starbuck et en continuant le speech et la marche à grands pas …

  3. Mais bon on les aime bien ces américaines qui nous font oser ce que la quinquatitude nous a enlevé : quoiqu on fasse, quoiqu on porte à N’Y on n est jamais ridicule … Et c est bon. N’est-ce-pas?

Laisser un commentaire