Deauville, au secours !

IMG_4405Si en ce moment vous êtes amoureux ou si vous voulez vous suicider, Deauville est la bonne destination. Je ne connais rien de plus cafardeux que cet endroit-là en cette période de l’année. A défaut, votre seule excuse serait d’avoir hérité d’une maison ou/et d’être une toquée des produits de la mer qui ont le seul avantage de leur fraîcheur, mais pas de leur prix. La sole grillée est présentée à 38 euros 70 sur la carte des Vapeurs, et nous ne sommes qu’à 2H de la Brasserie du Dôme boulevard du Montparnasse où nous la trouvons à peu près au même prix. J’arrête là le benchmark car finalement même cafardeux, Deauville consommé une fois en passant, n’est pas si désagréable, à la condition bien entendu de se programmer en positif. Il faut le vivre façon “première gorge de bière” et non l’œil rivé sur l’appli météo.

Que la parenthèse soit romantique ou sportive, la grande marche sur la plage dans le petit matin grisouille est un bonheur rafraîchissant: l’iode à l’inspire, les toxines à l’expire, on a l’impression de libérer un air coincé depuis trop longtemps dans nos poumons de ville.

Courir, s’envoler, écarter les bras, respirer profondément, sauter, (Pourvu qu’on ne croise personne !) écouter le silence et se régaler du craquement des coquilles de couteaux sous ses pas. S’arrêter, recommencer, dérouler le pied, les écraser lentement, chercher à quoi ressemble ce son et savourer cette impression. IMG_4406Allez savoir pourquoi le temps s’écoule moins vite sous ces latitudes. Une fois votre quota d’évanescence épuisée, se plonger dans “Les frères Karamazov” pour quelques pages de grande névrose, avant d’aller faire un saut au bar du Normandy pour un cocktail “Un homme, une femme”. Là, nager dans une douce conversation où se mélangent douceur et sentiments et puis sourire en entendant crier un peu fort :“MAURIIIICE, où t’as mis les clefs de la Lexus ?”

Il y a parfois des atterrissages forcés.

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

10 réflexions au sujet de « Deauville, au secours ! »

  1. La côte Normande en hiver, pour moi c’est week-end entre amis, au moins 8 ou 10, promenade sur la plage sous le crachin, goûter au coin du feu dans une grande et vieille maison qui craque et sent bon, les femmes enroulées dans de vieux plaids qui sentent encore la pelouse brûlée de l’été dernier, décollage difficile pour le dîner au restaurant, et le délicieux brunch sans horaire du dimanche matin, où le debriefing de la nuit se lit sur les visages, quand le parfum mélangé du café et du pain grillé monte dans les étages…

  2. Menfin….! Trouville -les Vapeurs sont à Trouville, ville bien plus sympa que Deauville-, c’est parfait hors saison! A la seule condition d’être dans un endroit chauffé. Le marché du dimanche est une mine d’excellents produits, depuis le charcutier spécialisé dans le canard, jusqu’aux fromagers en passant par le boudin de chez Guy-Guy. Les plages sont belles. La pâtisserie Charlotte Corday fait des merveilles. On trouve de très bons calvados rue des Bains. Le front de mer est adorable puisqu’il n’a pas été bétonné comme à Deauville où on peut se réfugier au Normandy pour ses cocktails (endroit parfait en effet). Et il y a d’autres restaurants que le snob « Vapeurs », restaurant à Parisiens! (euh, désolée, je suis Parisienne aussi mais Trouville vaut mieux que les Vapeurs). Allez! Il faut nous dire que c’était juste un post de provoc’!

    1. Absolument d’accord ! On peut très bien passer le week-end sans mettre les pieds à Deauville même si la plage est un peu plus sauvage, surtout parce que la plage est plus sauvage ! L’endroit est « habité », par de vrais gens, avec de vrais magasins et de vrais pêcheurs qui vendent leur poisson à leur retour au port. A côté, Deauville a un côté carton-pâte, factice qui n’impressionne plus personne ! J’ai un jour invité des amis étrangers pour un dîner au Galatée, sur la terrasse, les pieds quasiment dans le sable, devant un magnifique soleil couchant et ils ont été ravis. Point n’est besoin d’aller aux « Vapeurs », plus Parisien que Normand ! Et quand justement on vient de Paris, ce ne sont pas nos congénères qu’on a envie de voir (bien qu’ils soient difficiles à éviter !).

  3. Ben dites donc, vous vous en prenez plein la figure avec vos Vapeurs à parisiens ! Moi j’habite le centre de la France … çà ne vous dirait pas une petite virée à Saint Bonnet les Oules, par exemple ? (mignon le nom de la commune, non ?)

    1. ah c’est sûr, les restaurants doivent être bien moins chers à Saint Bonnet les Oules et sûrement meilleurs. Mais c’est plus difficile d’accés. Suggérer au maire du village un festival de cinéma, une liaison aérienne, une batterie de PR et vous allez voir comme tout va grimper !

  4. On s’est bien amusées en lisant votre billet ! Vous avez raison par rapport à ce snobisme que l’on rencontre aussi dans d’autres endroits et qui ne méritent pas une telle attention. Mais tant qu’à faire, pourquoi ne prendre une coupe au « Normandy » ?

  5. Le Galatée est le café-restaurant de Trouville installé sur les planches, à côté des établissements de bain, très en avant des autres restaurants. Ce qu’on y mange n’est pas extraordinaire, mais la vue est imprenable sur toute la plage. Dans le même genre (vue imprenable), il y a aussi le restaurant au-dessus de la piscine (très bien la piscine aussi, j’en avais parlé dans mon blog (http://www.niftyfifty-and-the-city.com/la-pateaugeoire-normande/)… Trouville, ville à découvrir!

Laisser un commentaire