Happy Quinqua à Courchevel

Ne soyons pas caricaturales, soyons gentilles, bienveillantes, évitons les remarques nulles du genre « il y a des russes à Courchevel ». ET ALORS ??? Leurs femmes ne sont-elles pas les plus belles ? Leur devise n’est-elle pas la plus fluide ? Qu’est ce qui au fond nous agace ? Le botox précoce et les bijoux anciens des femmes en fourrure ? les bolognaises à 35 euros ?  Le séjour au ski est-il une bonne idée ? Par définition, c’est toujours un peu risqué, entre le prix de la chambre d’hôtel et l’incertitude météo (le trop ou pas assez de neige change la donne), cela fait partie de ces questions dont nous n’avons la réponse qu’après, comme par exemple : la fin de l’année dans la neige ou sous le soleil ? Le logement à l’achat ou en location ? L’investissement en produits structurés ou en assurance vie ? Texto ambigüe ou indifférence prolongée ? La liste des enjeux importants ou dérisoires est longue et quotidienne, c’est ça qui est bien.

Mais revenons à Courchevel pour une ultime curiosité, dans la galerie Espace Diamant, j’aperçois des petits bijoux attrapés par hasard dans l’élan d’un coup d’œil, impossible de les laisser s’enfuir comme ça dans les limbes de ma mémoire. Ce sont des Sex Toys de couleur rose qu’un styliste spécialisé a décoré d’or, de fleurs et de diamants. Je n’aurais jamais pu identifier la fonction exacte du caillou en bas à droite de l’image, (à 130 euros), sans la sagacité (ou l’expérience ?) d’un copain qui m’explique qu’il s’agit- là d’un objet télécommandé. O My god ! A côté une collection de manteau pour chien en cashmere propose des taille S, M ou L. Courchevel, c’est n’importe quoi !

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

Laisser un commentaire