Happy Quinqua à Toulouse

Voilà 30 ans que je n’étais pas revenue à Toulouse ! A Quinqualand, les souvenirs se remontent à grands coups de décennies, ce qui amplifie toujours excessivement le « revival ». A deux doigts du cri primal, j’ai aimé retrouver les rues, l’ambiance et l’énergie de cette ville. Surprise par cette émotion, j’étais juste en larmes en me dirigeant vers l’Institut d’Etudes Politiques que j’avais fréquenté en tant qu’étudiante, et où je participais hier à un forum sur les métiers de la communication. Quel message faire passer à ces étudiants plein de fraîcheur, d’idéaux et d’inquiétude ? Quel conseil pouvait bien donner l’Happy Quinqua que je suis ? Après les phrases consensuelles d’usage, je leur ai conseillé, après quelques années en entreprise, d’inventer leur vie professionnelle, d’oser, de saisir les opportunités, de susciter les rencontres. Surtout ne pas avoir peur, car la peur tue l’esprit, elle fait le terreau de l’immobilisme, des frustrations et des dictatures . Dans la com, on est senior jeune, et la meilleur façon d’éviter le licenciement du quinqua, c’est d’être son propre patron. Monter sa boîte : une audace que même en cas d’échec, on ne regrette jamais. Je me demande si je ne suis pas allée un peu loin, alors qu’il était question juste avant de la fonction publique et de la noblesse qui va avec. Et comme me l’a fait remarquer une étudiante « Mais on est pas une école de commerce, nous ». Ma bichette, être entrepreneur est une posture, pas besoin d’avoir fait des études pour ça,  66% (ce chiffre me vient mais il est à vérifier) des chefs d’entreprise en France n’ont pas fait d’études supérieures, pourquoi ? ils n’avaient rien rien à perdre de se lancer. juste tout à gagner, alors pourquoi pas toi, ma bichette ?

 

 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

Une réflexion au sujet de « Happy Quinqua à Toulouse »

  1. Se souvenir des belles choses, oui
    Et se prendre par la main pour en écrire de nouvelles,
    Avec ces deux ailes, vos disciples toulousains iront loin.
    Continuez

Laisser un commentaire