Happy Quinqua en Bretagne

L’action se passe à Saint-jacut de la Mer, dont la sonorité me fait toujours un peu pouffer (in petto), et que Lacan aurait orthographié un truc du genre :  Sein Jacula Mère. Oh la la, on subit parfois les errances de nos esprits quand ils partent dans tous les sens. Face à la mer, le paysage est inouï de beauté, il passe de la désolation des bateaux penchés à marées basses à celui d’une eau un peu en colère avec ses couleurs sourdes et ses températures fraîches. Malgré l’inconfort d’une bruine glacée propre au lieu mais peu conforme à la saison, je me dis que ce brumisateur naturel transporte avec lui quantité de choses détoxifiantes comme du magnesium ou divers oligo-éléments supposés requinquer les épidermes parisiens. Quel curieux dimanche que celui de ce second tour qui enflamme les appartenances et radicalise les positions. Les uns voient comme un soulagement la défaite de Nicolas Sarkozy, les autres comme une calamité l’accession au trône de François Hollande. Sur fond de crises, on se sent bien peu de chose, avec notre petit bulletin. On veut toujours du changement, on peut toujours mieux, pour au final se laisser porter par le courant dans la passivité de notre indignation qui ne dépassera jamais les frontières de nos dîners en ville (voir dîner plombé 1). ce soir, plus d’un français sur deux est content, c’est déjà pas mal. A 20H, en ce dimanche 6 mai, histoire de faire mieux passer la pilule à certains, le soleil était soudainement revenu à Saint-Jacut la Mer… La Bretagne, c’est comme tout, c’est comme nous, c’est comme la France, ça change ! 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

Une réflexion au sujet de « Happy Quinqua en Bretagne »

  1. Canla le pote de Momo l’aurait orthographié Saint Jacques cul d’ta mere, pourtant il connait peu la Bretagne, sauf pendant un « pov » stage de voile péda…à 2 balles.Toi si près, si loin!!! En Bretagne!!! pas la France, là ou comme disait de kersauson il ne pleut que sur les c…. C’est vrai que les choses changent, je sens un frémissement dans les déambulateurs.

Laisser un commentaire