Happy Quinqua est sur Facebook

Refuser d’être sur FB avant 40 ans relève d’une posture, d’un contre pied charmant et positionnant, parce que justement tout le monde est sur facebook avant 40 ans. Mais affirmer haut et fort que vous n’y êtes pas après 50 ans consiste à donner une précision pas indispensable sur la génération à laquelle vous appartenez. C’est comme connaître Nicolas Peyrac, Mike Brand ou les paroles de Vanina (Dave) par cœur. Si la connaissance trahit, la réticence trahit pareillement. C’est comme si vous disiez je refuse d’être dans les pages jaunes, d’avoir un téléphone portable ou je suis contre la tour Eiffel. Ça n’a pas de sens. Facebook EST, point. Y être ou ne pas y être n’est pas la question, à mon sens c’est juste mieux d’y être, et de ne rien y dire, sauf si on a un truc à vendre ou à louer (un blog, un site marchand, une chambre de bonne, un duo de vases Ming). Ma reco : Eviter de raconter sa vie est la base de la décence et de la pudeur, mais ne pas y être du tout est dommageable d’exclusion sociale (bon ok j’exagère). Virer les intrusifs et ceux qui se répandent de façon excessive mais accueillez avec bonheur votre vieille camarade de pensionnat (coucou Lolo) qui, tout comme vous, a jeté ses bottins depuis qu’elle a découvert Google. Ayez de la bienveillance pour la Young and Happy Quinqua qui joue les pseudo geeks en se prenant les pieds dans le tapis. Elle ne s’en vante pas mais c’est son ado qui a crée son compte et qui lui en a expliqué le fonctionnement. L’ado, en levant les yeux au ciel, lui a indiqué aussi qu’il fallait mettre plein de points d’exclamation et autres smileys pour manifester visuellement ses émotions. Alors HQ/FB est tout le temps surprise, étonnée, heureuse. Elle poste des liens et dépose des messages personnels par erreur à tous ses contacts, par chance, elle n’a que 16 amis. Elle produit des ratés mais ne le saura jamais, comme ces Pokes qu’elle envoie sans arrière pensées ou ses Like inappropriés qu’elle s’attribue à soi-même.

Mais la HQ/FB pseudo geek ne sait pas encore que trop de posts tuent le post. L’autoroute du narcissisme est sans limitation de vitesse. En route pour Moi à Venise, Moi à Berlin, Moi ici, Moi là. Moi mes enfants, Moi mon jules. Ah ! Que ne ferions nous pas pour alimenter l’autocentrisme débridé de notre ego et que ne faisons-nous pas pour enricher la database de la firme Facebook ?

Au fait depuis hier soir 3 infos de taille :

1/ Happyquinqua est sur Facebook

2/ Happyquinqua est sur Twitter (Merci à Kate, 28 ans, pour son aide)  ET

3/ Hier nous avons dépassé les 100 visiteurs dans la journée. (merci à vous tous, Happy amis lecteurs, YES !!!)

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

6 réflexions au sujet de « Happy Quinqua est sur Facebook »

  1. J’ai toujours pensé que le fondateur de FB était le petit fils de big brother ou qu’il avait fait son stage de fin de cycle à la STASI, sachant que pour lui la protection de la vie privée n’est plus la norme. Si j’avais l’oreille de certains présidents ou présidentiables je leur suggèrerais quelques sources d’économies dans les éffectifs des services secrets, car là les informations sont servies sur un plateau par des ravis de la creche.
    « Les Amis » Ah les amis de FB, si ce n’est pas pour leur raconter tes chagrins, tes doutes, tes bonheurs et si tu ne peux pas partager un verre de Saint Julien avec eux ce ne sont pas tes amis.
    ET si sur FB tu ne peux pas dire que tu as des amis bad boys, des tatoués, des déviants, des clowns, des princes bikers, des anarchistes, des poetes maudits parce que l’oeil de Moscou ou d’ailleurs plane, alors à quoi cela peut bien servir.
    Juste faire parti d’un réseau???
    Allez je te taquine, plein de potes m’envoient de la super Zik sur FB.
    Big Kiss

  2. Trop fort Happy Quinqua !!! Je vais officiellement vous demander d’être votre amie sur FB, mais qd je serai de retour à la maison, car au boulot c’est access denied !

  3. Je suis d’accord avec le premier post : FB est Big Brother. En pire, car ce n’est pas un Etat autoritaire qui l’a créé mais un astucieux fabricant qui a convaincu tout le monde que c’était super de lui céder sans retour ses données privées. Ne pas être sur FB peut aussi être une position de résistance, y a pas que l’âge dans la vie!! Et puis, il parait que les gens sur FB sont plus déprimés que les autres: ils comptent leurs amis et ceux des autres.. L’envie et la jalousie…

  4. En réponse au dernier post et à l’intention des derniers des Mohicans, petite suggestion de lecture : Larry Rosen psychologue des nouvelles technologies met en évidence une possibilité d’une corrélation étroite avec FB et des tendances narcissiques et notamment une dépendance à l’alcool. Qu’est ce que FB fait causer quand meme et pis ca donne soif, vive le JD (Jack Daniel)

Laisser un commentaire