I love Boston

Boston, étape numéro 1 du voyage estival – C’est une ville qui passe du gris au rose et du rose au gris, au fil du temps et des saisons, le tout sur fond d’eau et de vert. Majestueuse et peu chaleureuse, polie et jamais familière, Boston, c’est le grand chic de l’east US, un immense parc en centre ville tout en dénivelé (les Commons), des musées élégants dont le ravissant Elizabeth Gardner Museum (voir les Sargent), Harvard Square &  MIT (véritables centres névralgiques internationaux), Charles River où rament des équipes de sportifs cortiqués, la red line, green line, blue line, l’aquarium, Faneuil hall, Quincy, Beacon Hill, les ports de tête tout droits, la rigueur logique, la fantaisie potache, la rolling rocks, les homards mayo (moins bons que nos Bretons), le Lacrosse qui n’a jamais dépassé les frontières, la Red Socks emblématique, Boston impose un style distingué grevé de tout complexe par rapport à un New York arrogant ne boxant pas dans la même catégorie. Boston, back after 14 years, Boston, une ville où j’étais partie m’exiler durant 3 mois, mes enfants sous le bras, à une époque où la distance, loin de Paris, était supposée m’apporter des solutions concrètes à des questions existentielles. Tu parles, tu pars avec des interrogations, et une fois sur place tu t’aperçois que tous tes problèmes sont là, intacts dans la valise, au chaud, bien rangés, bien alignés, pas prêts du tout à se dissoudre. Tu crois t’éloigner d’eux, ils t’ont suivie. Mais après coup, il reste entre autre souvenir celui d’une certitude : le choix de la ville était le bon. 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

2 réflexions au sujet de « I love Boston »

  1. Bon voyage « happy young friend » (notre amitié remonte à nos plus jeunes années), merci de nous faire partager ce qu’il y a de meilleurs chez les autres, les français pensent trop souvent que leur raffinement, leur culture et leur distinction est pas forcément la meilleure…ça empêche de voir et d’ouvrir ses sens aux charmes des autres contrées…. sauf si on reste jeune!

    A toi l’Amérique qui me fait toujours rêver, oui merci de nous la faire partager avec ta générosité!

    1. Ah merci ma Lol, il s’en est passé des choses depuis le pensionnat; A l’époque nous rêvions de « Paris », l’Amérique est arrivée après, demain la Lune ? sempre en d’aban !!

Laisser un commentaire