Les couleurs de l’amour

IMG_0513Il y a l’Amour moelleux qui raccommode l’éclopé du système ou accompagne pour de longues traversées, l’Amour fusionnel qui envahit et lasse, l’Amour platonique qui n’envahit pas assez et lasse aussi, l’Amour combattant qui ne repose que sur la névrose, l’Amour indifférent qui ne repose que sur l’orgueil, l’Amour toxique qui ravage ceux qui en redemandent, l’Amour passion efficace pour maigrir, l’Amour intéressé efficace pour cumuler des points de retraites, l’Amour ravageur que l’on pratique pour se venger d’une blessure de l’enfance, l’amour haineux et l’Amour violent que l’on pratique pour les mêmes raisons, l’Amour nostalgie qui nous rappelle nos erreurs passées, l’Amour filial amphithéotique et définitif, l’amour parental qui est un chapitre à part, l’Amour copain, qu’il nous plaît d’appeler Amitié, l’amour Sex, à vocation hormonale et ludique, l’amour épistolaire, où chacun fait des phrases un peu comme Kafka qui n’était jamais aussi amoureux que séparé, l’Amour d’un soir que l’on ne pratique plus à partir d’un certain âge, l’Amour “Toujours” réservé à quelques happy few, (ou aux disparus), l’Amour des débuts qui rend beau et fait du bien, l’Amour des fins qui rend amer et fait du mal, l’Amour de loin, celui de près, l’Amour fou, l’Amour doux, bref il n’y en a pas Un mais Des.

Chaque “match” amoureux est singulier, il imprime sa couleur, et notre petit cœur s’accommode comme il peut de ses diversités, malgré les expériences et malgré les inutiles cicatrices qui, au final, ne nous ont pas appris pas grand chose. Les couleurs de l’Amour sont multiples, à chaque âge sa tendance chromatique, et à 50 ans, après avoir connu des jours de pluie et des arcs-en-ciel, nous avons très vite l’idée de la couleur qui nous va le mieux.

Et puis un jour : Le Doux est arrivé….

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

16 réflexions au sujet de « Les couleurs de l’amour »

  1. bonjour.. Je n’ai jamais suivi de blog, mais je me reconnais un peu dans celui ci! Nous avons des points communs… Voilà, je vous suivrai avec plaisir 🙂 Merci! Brigitte

  2. Oui c’est tout à fait ça… je n’ai pas encore trouvé l’amour doux, mais il viendra je le sais! Il me surprendra au détour d’un rien.

    Votre texte est magnifique, je viens de lire l’article dans le Temps, et je m’y suis reconnue. Ravie de savoir que je ne suis pas tt seule dans ce cas 🙂

    Bien à vous

    Bea

  3. Bonjour, je viens de vous découvrir dans un article du « temps », cela résonne et explique que j’ai temps de femmes de 40 @ 55 ans parmi mes clients en coaching (90%). Se sont les femmes qui travaillent sur elle le plus pour avoir une vie en adéquation avec leur être profond et la recherche de l’équilibre…… nous sommes tous des arc en ciel!
    Merci jipé

  4. L’Amour et la couleur … Il est vrai qu’a quasi 50 j’ai décliné quelques valeurs mais j’ai toujours l’impression que je vais découvrir d’autres couleurs, textures ou dispositions donc OUI cet article fait du bien et me conforte dans cette idée.
    Merci pour ce bel ode à l’Amour.

  5. Je ne sais pas si c’est votre « Doux » qui contribue à votre inspiration…mais à mes oreilles votre écriture est bien douce ! Contente de vous lire !!

  6. Chère HappyQ ,
    Il y l’amour qui dure, doux, passionné, apaisant, érotique, joyeux, intellectuel, rigolard, romantique, qui s’ancre profondément dans le cœur au fur et à mesure de l’apparition des multiples surprises et facettes de l’amoureux. L’amour qui émerveille ( ça m’arrive à moi ! Trop !), qui est tellement bon qu’on a peur de le perdre mais qui infiltre aussi une confiance bienfaisante balayant toutes les craintes vintages. C’est probablement celui du premier amour qui a cette couleur unique, si neuve….. Puis l’amour après 50 ans ( je n’aime pas trop cette indicateur de temps qui a varié avec le temps: les 50′ sont les 40′ d’hier et les 60′ de demain), plutôt quand on sait à peu près ce que l’on n’aime pas et que les kids sont grands et sans soucy (partager des enfants, sans histoire d’éducation commune, sans la nostalgie du premier cri qui fait pardonner beaucoup de choses, c’est le juda qui tue tout nouvel amour, sauf à en re-pondre ensemble….. Mais à 50 ans today bof!).
    C’est vrai que j’ai essayé pas mal de choix de la palette que vous décrivez avant de trouver la nuance qui me rend belle. Quelle chance ! J’aime l’HappyCul

Laisser un commentaire