Lettre à ceux qui ne votent pas

Si vous voulez plomber un dîner et vous attirer les foudres unanimes de TOUS dites “Moi je ne vote pas”. Les conversations vont alors s’arrêter, les regards vont se diriger (enfin) vers vous, puis un rictus va se poser sur l’ensemble des visages. L’ambiance a brutalement basculé quand, après un silence, une voix calme mais ferme balance : “Tu plaisantes là j’espère”. Re grand blanc. A tour de rôle, chacun chacune va égréner la batterie d’arguments imparables que vous connaissez déjà. Au milieu de cette passion citoyenne, il y a bien quelqu’un autour de la table qui pense comme vous et qui attend que vous preniez l’épée, enfourchiez Pégase et partiez à l’attaque. Bon à ce stade, je n’ai pas de conseils à donner mais sachez juste que “J’ai la chance d’être dans un pays démocratique qui m’offre la liberté de ne pas voter”, ça ne marche pas. Les foudres redoublent, vous sortez du restaurant en ayant signé une promesse de votre sang que vous allez voter“. “Jure moi ! (moi : euh !) Ne pas voter est un crime qui mérite une très forte sanction !” (moi “Ah bon ? Quoi par exemple ?”). Ma reco : évitez la politique et remettez la conversation autour de l’Amour, rien de tel pour réconcilier tout le monde

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

15 réflexions au sujet de « Lettre à ceux qui ne votent pas »

  1. Jadis , on ne parlait pas de politique à table…
    De quoi parlait-on?
    On ne parlait pas informatique, texto, wifi, argent…
    de quoi parlait-on donc?

  2. Oui, en cette période électorale, tout devient passionnel quand il s’agit de politique. Alors Oscar et moi on évite soigneusement d’aborder ces sujets… Pourtant j’aime bien discuter parfois politique avec lui! Mais j’attendrai la fin des élections…
    Zut! Il y a les législatives juste après… Bon ben ce sera pour cet été alors… c’est plus prudent!

  3. Comme quoi il reste toujours trois sujets à éviter : la religion, la politique et la famille !
    Au fait c’est Dimanche, je suis loin de ma famille, j’ai raté l’église ce matin et les élections me paraissent elles aussi bien loin ! Et si j’allais au Parc écouter de la musique en pensant à l’Amour et laisser tout le Monde s’agiter vainement ? C’est cela être « Happy » !
    M.

  4. Voter, ne pas voter, voter blanc, sont des droits démocratiques. Je vis dans un pays où la démocratie est toute jeune -20 ans-. Le parlement propose –nous avons aussi des élections cette année- de supprimer le droit de vote à vie à ceux qui ne voteraient pas… No comment.

    1. Vu sous votre angle, en effet… je n’aimerais pas qu’on m’enlève mon droit de vote, avoir le choix de voter ou pas est une chose, mais ne plus l’avoir….

    1. Ah je t’en cite plein d’autres d’impossibles : ressusciter, ramener un fiancé enfui, remonter le temps, effacer définitivement les posts de Facebook, apprendre le chinois après 50 ans …

  5. Ce n’est pas une position de nanti que de dire qu’on ne vote pas? Car, sans en rajouter dans le genre « on sort le flingue quand on parle de politique », on peut tout aussi bien dire qu’on a la chance de vivre dans un pays démocratique où on a le droit de voter. Si on ne vote pas, il ne faut pas alors parler (mais ce n’est pas le cas de ce blog, ma position est générale) des droits de l’homme, de ceux de la femme etc etc….
    Pourquoi ne pas voter d’ailleurs? Pourquoi ne pas s’informer et essayer de « faire au mieux »? J’avoue que j’ai du mal avec cette prise de position. Je l’ai toujours eue et je l’aurai toujours. Peut-être que parce que j’accompagnais ma mère quand elle allait voter et que je trouvais ça très mystérieux : ces petits papiers, cette cabine avec des rideaux gris qui n’allaient pas jusqu’au sol, le nom dit à haute voix de manière incompréhensible (car ce n’était ni martin, ni dupont)…

    1. je suis évidemment d’accord avec vous, le thème de ce post était plutôt sur la réaction des personnes qui sont face à ceux qui avouent ne pas voter. Ils sont nombreux à ne pas se rendre aux urnes, mais ne sont pas nombreux à le dire, J’ai reçu quelques textos d’amis me disant « je ne vote pas mais je ne le dis pas ». Une attitude de nantis, de paresseux, ou plutôt de gens qui ne se retrouvent dans aucun des partis proposés.

Laisser un commentaire