New York le retour

2013-09-11 07.00.25Depuis le 38 ième étage de la tour de verre, je regarde le jour se lever : bleu gris foncé en bas, puis rose jaune vers le haut; La clarté augmente très vite et le temps de terminer ma phrase la lumière est apparue. Là-bas, même le soleil sait qu’il n’y a pas de temps à perdre. Dans son efficacité accélérée, New York trace et s’impose, et rien ne peut freiner son énergie. Enfin, rien ? il y a 12 ans, le 12 septembre le monde entier décélérait.

Maintenant le ciel est rose pale avec une intensité lumineuse qui croît sur la droite et devant laquelle se dessine un plumetis nuageux. Je regarde le sol et j’ai soudain le vertige. Qui ne s’est jamais posé la question de son choix personnel entre prendre un avion de plein fouet ou sauter dans le vide ? Il me semble que j’aurais continué à jouer du violon, j’aurais choisi l’avion. Mais bon facile à dire.

La séquence «gravité» (au propre comme au figuré) est terminée, la fashion week bat son plein et pour qui a ses entrées ça vaut le coup de sortir. Dans la rue en pleine journée les filles (sur la photo c’est un homme) sont posées sur leurs high heels suffisamment hauts pour en distinguer la couleur de semelle. 2013-09-10 15.14.45Ce soir, pour la rentrée artistique, les galeries de Chelsea seront en ébullition : free Chardonnay à tous les étages. Mais hélas, je n’y serai pas, j’ai mieux, j’ai rendez-vous avec Roger. Et oui !

Rencontré en début d’année, sa carte de visite m’avait intriguée : d’un côté Roger / prof de tango, de l’autre Roger / prof de business à l’université. Il organise un Meet Up très intéressant. Je vous dis tout demain, sur Meet Up et sur le business on a shoestring, sa spécialité. La collection automne hiver se présente bien, je vous préviens, ça va décoiffer.

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

4 réflexions au sujet de « New York le retour »

  1. Nous avons pris l’avion de retour de NY le 10 septembre…après avoir visité les Twins, bien sur. Franchement, en haut du « top of the world », la vue était extraordinaire, alors l’idée de sauter de là nous donne mal au coeur encore maintenant.
    A part ça, on vous lisant, nous nous sentons terriblement « desperate housewifes », coincées dans notre province profonde !

  2. Waouh j’imagine que ça a dû vous faire bizarre, enfin moins que ceux qui ont dû sauter je suppose mais bizarre quand même. Merci pour le comment et votre fidélité….

  3. Ton ignorance est définitivement pardonnée mon cher Laurent. Je me suis autorisée une image qui m’a semblé poétique pour décrire l’aspect du ciel qui paraissait avoir plein de petites plumes. « Plumé » ou « plumeux » manquant d’élégance, surtout associé à « nuage », (tu sais à quel point je suis soucieuse de la musicalité d’une phrase ou d’une expression) il m’est venue « plumetis » joli mot, un peu désuet volontiers associé aux tissus brodés, évoquant dans mon contexte la légèreté et l’évanescence appropriées à ce moment. Mais tu as raison de le noter, j’essaierai d’être plus précise à l’avenir.

Laisser un commentaire