Pas si clean !

Les hommes fous de leur voiture me font peur. Je ne parle pas de ceux qui aiment la conduite et prennent soin un minimum de leur véhicule. Non j’évoque là ceux qui consultent leur appli « L’éléphant bleu » à la moindre poussière supputée et démarre leur week-end en trombe par un passage au garage, celui qui propose les finitions au chiffon.Comme la plupart des filles, je suis, vis à vis de ma voiture, plutôt « normale », c’est à dire qu’en cherchant bien je saurais bien vous en donner la marque mais si vous me demandez quelle cylindrée et combien de chevaux fiscaux, alors là ? Je cale. Pourtant dimanche dernier, poussée par l’inscription ironique qu’un doigt moqueur avait cru bon d’écrire sur la vitre arrière de mon véhicule, (c’était « FOR SALE » ce qui m’a humiliée et fait sourire à la fois) je me suis enfin décidée à aller laver ma voiture. Me voilà donc dans un coin du 15 ème arrondissement où des hommes (rien que des hommes !) font la queue pour astiquer leur meilleure copine. (Merci d’entendre le sens figuré de cette dernière phrase). L’action est solitaire car on ne fait pas ça à deux, un homme est toujours seul quand il lave sa caisse. C’est comme ça. Franchement s’ils n’étaient pas aussi « habités » par leur action en cours, je recommanderais volontiers aux single happy quinqua women de passer par là l’air de rien les dimanche matin. Mais franchement, entre nous, oubliez et circulez.

Mon œil mi torve mi mépris fixe le fanatique qui, devant moi, s’attaque à son 4X4 blanc déjà propre avec l’acharnement de celui dont la devise pourrait être « l’amour du travail bien fait ». Sauf qu’après 25 minutes du multi-programme renouvelé avec options périphériques : le savon, la brosse, le jet dru, le pschitt de cire, la peau de chamois, le lissage japonais…. Il ne s’agit plus d’un travail bien fait, mais selon moi d’un doux dingue dont j’espère ne jamais croiser sur ma route l’ombre d’un spécimen. Sans donner dans la vulgarité de l’allégorie « sexe/voiture », je peux vous dire juste que j’étais soulagée quand le lendemain un charmant monsieur est venu me chercher pour m’emmener dîner dans sa décapotable laquelle n’était … ni très sale… ni très propre. 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

6 réflexions au sujet de « Pas si clean ! »

  1. A mon avis, la voiture d’un homme , c’est le » »sweet-home » de la femme un peu dépressive!
    je pense à « Potiche », si bien joué par Catherine Deneuve! (Plutôt happy 60,) acharnée sur les patins pour ne pas qu’on salisse « son » salon… ce qui veut dire en d’autre terme:. ».là c’est mon domaine, alors pas touche!!! »
    Faut fait gaffe à l’équilibre avec le chiffon, les brosses et autres engin du genre… plus on flétrit, plus on astique…. smile!

  2. Ah oui , pas mal la comparaison, mais chez les femmes ces défauts là je les vois plutôt comme des qualités qu’on ne relève même pas. alors que certains hommes avec leur voiture !!! au secours ! fouge ! comme on dit en Catalogne.

  3. Bien vu !Et puis le sweet à bien y penser , c’est une forme de générosité offerte à ses amis, sa famille! Ce qui n’est pas forcément le cas de « la bagnole les gars…et puis sa bagnole les gars… elle est vraiment bizarre, les gars… »
    Très amusant ta remarque , happy quinqua…j’ai vraiment peur d’une escapade « romantique à l’Éléphant bleu ce samedi matin…. pour l’instant ce n’est pas au programme, mais , le pire n’est jamais sûr!
    Affaire à suivre.

  4. L éléphant j adore.! Le jet étant anormalement puissant, la prise en mains doit être ferme, les jambes bien campées, le pantalon retroussé (pour éviter les éclaboussures…) et le regard « indianajonesnien » pour traquer et maîtriser les boueuses croûtes… « Mais passez devant moi »,un jour, un gentilpatientjeuneetmignon automobiliste. Merci, vous êtes trop gentil…. Je ne me lasse pas de contempler les poses tellement érotiques d une femme qui lave sa voiture à l éléphant…m’a dit répondu…

Laisser un commentaire