Que dire quand on ne travaille plus ?

IMG_0014Il y a des phrases qui, suivies d’un silence prolongé, appellent le respect: « je m’occupe d’une fondation d’art contemporain », « j’accompagne des start-ups dans leur développement », »je conseille des marques de luxe » et puis il y a des expressions qui sont interdites sous peine de mort subite sociale : « Je suis à la retraite » ou « je suis au chômage » par exemple.

Il y a ensuite celles qui ont compris qu’il n’est pas nécessaire de s’auto-flageller (l’entourage toujours un peu cruel fait ça très bien) et qui savent parfaitement adapter, en fonction des circonstances, le « wording » qui leur va le mieux au teint.

Du plus chic (je gère mes assets) au plus drôle (je suis acheteuse, comment ça acheteuse ? oui j’achète dans les magasins, des vêtements par exemple), en passant par le plus bidon (j’ai un blog d’humeur – c’est moi ça), le plus optimiste (je cherche un poste de DG) ou le plus transgressif (j’ai repris mes études) la liste est infinie.

Amusez-vous des métiers bidons de celles (et ceux) qui n’en ont pas. Vous apprendrez très vite à décoder les vérités derrière les libellés un peu vagues autour du consulting zboub, du mentoring neuro-linguistique, du monitoring managérial, du coaching Ericksonien, ou de la création artistique la plus débridée : peinture non figurative, sculpture de fil de fer barbelé, danse liturgique, décors d’intérieur (que chez des riches sinon pas drôle), fabrication de bijoux ethno chic…

Derrière cette fumée se cache souvent un petit pécule planqué sous le traversin dont on cache pudiquement et consciencieusement l’origine (PSE, héritage, revenus locatifs, prestation compensatoire….)

Inventez votre métier, celui d’une activité statutaire qui ne va pas vous placer au bout de la table dans les dîners en ville. Un kit de une ou deux phrases qui devrait éviter d’autres questions.

Dites-vous bien que le « je ne fais rien » n’existe pas, on ne fait pas rien quand on prend des pots avec les copines avant son yoga. On ne fait pas rien quand on se fait faire une mani-pedi, un brushing, ou un massage. Eradiquez toute forme de culpabilité. Non mais…

Sachez aussi qu’il y a des réponse sacralisées qui pousseraient presque à la génuflexion. Le « J’écris » par exemple vous rapprochera du centre de la table.
Le « J’ai publié » vous placera à la droite du maître de maison, à la condition bien sûr de ne pas habiter Paris 5, 6 ou 7 qui sont des arrondissements où TOUT LE MONDE écrit.

(Le Doux me précise qu’il y en a qui écrivent aussi rive droite, Ah bon ? lui réponds-je, « où ça ? »)

Voilà, c’était mon post « conasse »

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

12 réflexions au sujet de « Que dire quand on ne travaille plus ? »

  1. Il y a des cas pire encore, celui de celles qui n’ont jamais travaillé ! non?
    Pourtant, est-ce plus difficile d’avoir été et de ne plus être ou de n’avoir jamais été ?

  2. Très bien vu encore une fois! j’aime bien acheteuse… et peintre pourquoi pas en rajoutant bien sûr , je prépare une expo… et, en ce qui me concerne le coaching j’ai laissé tomber.. Coacher ma pomme c’est déjà beaucoup! et prendre le temps d’un kfé en terrasse c’est encore mieux… quand tu veux d’ailleurs!

  3. Mais non, je ne fais rien n’existe pas!!! Il y a des vies fantastiques remplies de pleins de trucs passionnants et la liste est longue, regardez Jules, par exemple:
    -Il taille ses géraniums avant l’hiver.
    -Il fait pisser son caniche avant les infos de 20 heures.
    -Il suit plus belle la vie, ça c’est la classe!!!
    -Il tond sa pelouse, avec un ciseau s’il vous plait!!!
    -Il consulte la rubrique nécrologique quotidiennement, il va aux enterrements il se fait des relations.
    -Il boit des verveines avec ses nouvelles relations.
    -Tiercé tous les dimanches.
    -Ballade chez Leclerc,petit demi a la sortie, au bar de la galerie marchande .

    Avec tout ça pas le temps d’ouvrir un bouquin, ni d’aller au cinéma, la dernière fois c’était West Side Story en 60, ça fait un bail. Et depuis qu’il a hérité du livret de tata Jeanine, là il est vraiment débordé Jules, faut l’astiquer la nouvelle R18!!!
    Je ne sais pas, sur le plan de table ou placer Jules? Parce que la seule chose qu’il a publié Jules, c’est la chronique de sa mort annoncée dès sa naissance.

  4. C……. cela prends deux N, c’est la preuve irréfutable que tu ne pratiques pas ce sport régulièrement, et que tu ne fréquentes pas cette engeance!!!

  5. L’une n’a jamais travaillé et se retrouve dans le commentaire de Margot ! L’autre envisage de prendre sa retraite. Ce qui l’ennuie, ce n’est pas d’avoir été ou la peur du vide mais d’être rangée, par le statut de retraitée même, dans une tranche d’âge qui ne laisse plus planer le doute sur l’année de naissance 🙂

    1. Si ce n’est que ça, le passage au statut de retraitée devrait passer comme une lettre à la poste. il y a des tas de façons de faire encore croire que….

Laisser un commentaire