Still about Love…

S vit à Los Angeles depuis 30 ans, elle me raconte sa vie au cours d’une journée de filles comme on les aime : mani, pedi, trim cut, brushing, and chocolate malt chez Johnny Rockets. Voilà pour le décor. Elle est mariée à R, un Mormon sexa encore assez sexy haut de 2 mètres, une sorte de Robert Redford XL charmeur, sympathique, et amoureux de sa femme comme au premier jour. Pour preuve, (mais en est-ce une ?) il la divinise, l’installe sur un piédestal duquel elle ne redescent jamais sauf pour se glisser dans le bain moussant qu’il lui a préparé. Un agglomérat de bienveillance et de gentillesse. On voudrait le cloner, lui demander s’il a des petits frères dans l’Utah qui aussi savent ouvrir la portière, faire des petits cadeaux, payer au restaurant et balancer de petites blagues accessibles et méchantes juste ce qu’il faut. Moi qui pensais le marché américain saturé ou en crise, et bien non. “J’ai pris le dernier” me lance t-elle, mutine. Alors nous parlons de chose et d’autres, des trucs de femmes, des trucs de happy quinqua, d’ici (à LA), de là-bas (à Paris), des différences culturelles, des hommes ici, des hommes là-bas. A un moment de la conversation, elle me dit, comme un secret : “you know what, your relationship will go  well only with these 3 things : a good chemistry, a man with a great heart and a man who loves a little bit more than you love him. If it miss one, that doesn’t work.” Traduction : un plumard bien en plume (chez les deux), pas d’oursin dans la poche (chez lui) et pas trop trop de sentiments (chez elle). Qui veut commenter ?

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

17 réflexions au sujet de « Still about Love… »

  1. Sinon toute femme intelligente se doit d’avoir dans sa vie : un bon coiffeur, un gynéco à la pointe de sa discipline et un banquier cool .
    Un bon boucher peut également être trés utile …
    Croyez en les ainées: elles savent …

  2. Bon c’est pas très nouveau comme recette, mais le hic est que nous aimons – être raide dingue amoureuse,
    – nous plaindre qu’il ne soit pas assez généreux
    – mais seulement si c’est le 7è ciel tous les jours

    1. En fait ce que je trouve intéressant dans ce que m’a dit S, et auquel je n’avais pas pensé, c’est ce 3 ième point : « il faut qu’il t’aime un tout petit peu plus que tu ne l’aimes ».

    1. je reprends cataplasme argile recouvert d’une feuille de chou + granules rhus tox et autres je ne sais + trop + 1 kiné qui travaille sur les chaines musculaires (c’est à dire en étirement) et acupuncture mais en France…

  3. Oh là oh là… c’est quoi l’truc, le Mossieur il doit etre intelligent (un peu con quand meme) donc riche, attentionné, beau, ( ca mange pas de pain). Il doit vous aimer juste la bonne dose, de surcroit il b…. bien. Ben m…. alors.
    Mais vous etes qui vous???
    Moi je crois savoir!!! De jolies femmes pas si heureuses que ca, qui n’ont en son temps pas su faire avec un petit mari probablement sympa et qui aujourd’hui demandent la lune.( Tu veux de l’audience, ben là c’est parti )

    1. Ben alors prince Biker, pourquoi tant de rage ?
      On sait bien qu’à nos âges toutes les cases ne sont pas cochées
      mais sans demander la lune, ça ne nous empêche pas d’être exigeantes. Ils le sont bien les hommes ! (qui les aiment souvent plus jeunes quand ils en ont les moyens). Pourquoi pas nous ?
      Quant à l’aptitude à être heureuses (ou heureux), on l’a ou pas, mais ça se travaille. et à partir d’un certain âge on sait plus vite là où s’aventurer sans se faire mal. (enfin je dis ça mais ce n’est pas toujours vrai et c’est tant mieux !)

  4. Ma chère HQ,il se trouve que je connais bien la S. en question et son Robert Redford XL, depuis quelques décennies de surcroit. S’ il ne faut pas croire tout ce que disent les hommes comme vous l’apprennent vos mamans, il faut encore moins croire toutes les femmes qui aiment à raconter à qui veut bien les croire, à leurs copines et surtout à de possibles rivales qu’elles ont trouvé la perle rare et qu’il n’aime qu’elles. Mais à Hollywwod est bien connu, what you see is not what you get. Alors le Prince Charmant tant convoité et interprété par ce pseudo Robert Redford est peut être déjà « Out of……America »!!!

      1. N’est pas le syndrome américain en général ? Tout dans les apparences et derrière une condition humaine inévitable. Il ne faut pas se laisser abuser sauf si l’on a soi même abusé de « Pretty Woman »qui se termine sur cette phrase inoubliable: « Welcome to Hollywood ! What’s your dream ? Everybody comes here ! This is Hollywwod, land of the dreams !Some come true and some don’t ! Just Keep on dreaming !

  5. Pas de rage , pas de désespoir rien d’ennemi , j’avais un peu associé HQ et QI, alors tant de clichés!!! Happines for you .Y’a pas d’age pour etre Love faut juste kiffé la life, ca tu sais faire.

  6. et si le problème était que nous aimons plutôt les « bad boys » et pas les amoureux transis…. j’apprends en ce moment à apprécier un homme gentil… j apprends à dire non… non pas tout de suite, non après;;; à preférer le restau plutot que de me precipiter à la cuisine, à ne pas avoir de monnaie, à dire « faut que je fasse des économies … je suis fauchée… et regarder les boutiques avec envie ( fleurs fringues, bijous etc…) , à dire je ne sais pas, je n’y arrive pas, je ne comprends pas. je n’ai pas la force de … et le pire c’est que cela marche … au moins depuis quelques mois….

    mais suis-je bien sur de ne pas préférer le « bad boy » précédent?

    1. Celui qui est insaisissable a un temps plus d’attrait, mais un temps seulement; Une relation de bien-être doublé de gentillesse et de générosité dure plus longtemps.
      A nos âges (au mien en tout cas) plus de temps à perdre avec des tocards. Les autres, ceux qui nous remuent les sens, glissent dans notre vie, tel un pet. Vite oubliés, on se souvient d’eux avec un rictus.

      1. mais la question que pose votre prose est; est-il « nice » parce que « he loves you more » ou est-il naturellement « nice ».

        qu’est ce qui fait qu’il est « bad boy »?

Laisser un commentaire