Un peu d’immobilier…

A Paris ou à New York, si vous voulez relancer la conversation d’un dîner un peu mou, vous pouvez parler polique, c’est une valeur sûre pour se disputer. Mais si vous préférez mettre de l’ambiance et conserver vos relations, apportez insidieusement sous cloche vos considérations personnelles sur l’immobilier. Le sujet déclenche toujours un emballement modéré et le moindre lieu commun en ce domaine se vit presque comme une révélation.

Chacun y va de son anecdote personnelle, l’attention est à son top. L’immobilier, tout comme les russes et le luxe ou encore le mariage gay rive gauche est l’un des ingrédients d’un dîner réussi, il met tout le monde d’accord. Osez la variante Londres ou New York, la salle à manger est à son comble ! Les quartiers qui montent, ceux qui baissent, pourquoi, la plus-value, les inconvénients.…

A New York d’où je rédige ce billet, l’immobilier se sert de l’art pour faire monter un quartier. L’opération se joue sur le long terme, mais avec un peu de patience, ce n’est plus un retour sur investissement, c’est carrément la banque qui saute. Comment les professionnels s’y prennent-ils ? Ils achètent des terrains, des entrepôts ou des immeubles dans des quartiers en devenir, y installent des artistes pour des loyers dérisoires. Quand ils exposent, ceux qui font la ville affluent au son des vernissages, c’est là que ça se passe, au fil des années les loyers montent, alors on vire les artistes, on revend très cher, on explose les loyers, on refait ça ailleurs. En 30 ans les galeries d’art sont passées de Soho à Chelsea et puis “on” a lancé Dumbo, Williamsburg, le Lower East Side et là, “on” tente Bushwick.IMG_4631

“Pourquoi cette recette ne fonctionne pas en France ?” Je demande à M, peintre français vivant à New York, mon camarade des jeudis soirs à Chelsea.

“Parce qu’en France les openings ne sont jamais le même jour.”

“Ils ne pourraient pas s’entendre?”

“Entre concurrents? En France? (rire)

Mes pensées cheminent :

A quoi sert l’Art ? à défiscaliser dit le financier, à exister dit l’artiste, à sociabiliser dit le mondain, à le montrer dit le nouveau riche, à s’occuper dit le retraité, à contester dit le rebelle, à témoigner dit l’historien, à braver la mort dit le philosophe, à décorer dit le pragmatique… à faire monter un quartier dit le promoteur immobilier.Chelsea hier

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

9 réflexions au sujet de « Un peu d’immobilier… »

  1. Mais, ou serai ce nouveau quartier en France? A Paris, ou? Ceux qui font la ville iraient-ils promener leurs guetres griffées en dehors de St Ger. ou du Marais, iraient-ils de l’autre coté du périph. car dans le centre la messe est dite jusqu’aux 19 eme et 20 eme Ou sont ces nouveaux territoires exitants à défrichés ou une foule d’artiste se précipiterait? tout simplement ou est cette énergie? Au diner on mange du ronron!!! loin du Bushwick.

    1. Le marché français est différent moins volatile, plus incrusté. Il ne suffirait peut-être pas pour un artiste d’inviter les gens du coin pour faire flamber quoi que ce soit. Mais les choses changent si vite.

    2. 100 % d’accord, à Paris ces territoires se trouvent de l’autre côté du périph. Impossible de déplacer des parisiens. A St Denis en été il y a la Fabrique A Rêves du 6B, un vrai bon squatt d’artistes, c’est un festival le long du canal, les soirées sont excellentes, genre berlinoises, le lien est les aménagements sont vraiment bien, et bien c’est quasi impossible d’y faire venir la plupart de gens que je connais. Pourtant c’est à 2 pas du RER, 7 minutes de Gare du Nord, 5 minutes de la A1. Non rien à faire.

      http://www.facebook.com/pages/Le-6B/150797278285457

      http://www.artfactories.net/Le-6B-Saint-Denis.html

      Sinon excellent dernier paragraphe !

      1. A Montreuil aussi y a d’bon trucs, mais c’est Montreuil… mon dieu qu’elle horreur!!! Pourtant c’est, tout contre Paname, mais là aussi « de l’autre coté du périph. » Y avait ti pas un gars dans le temps, avant la mode des déambulateurs, qui voulait faire le grand Paris?

Laisser un commentaire