Une journée avec Happy Q (part one)

IMG_0147J’adore ces rubriques que l’on trouve dans la plupart des magazines féminins et qui s’appellent « Une journée avec… » Elles présentent toujours des personnes formidables à la vie dense, jamais de gens normaux, de Girl Next Door, ou de grosses feignasses qui constituent globalement l’essentiel de notre monde sinon du genre humain.

Cette femme merveilleuse démarre généralement sa journée à 6H du matin, et quand le réveil sonne, elle bondit. Son mari, lui reste encore un peu au lit. Après quinze minutes de sport, trois pour la douche, deux pour définir sa tenue, et une pour le maquillage, (qu’elle dit !) elle lit la presse française et anglo-saxonne. Ensuite elle a toujours le temps de prendre son petit-déjeuner avec ses enfants (Zia-Luna 3 ans et Demeter 15) : « on parle » dit-elle, ce qui est suffisamment énigmatique pour imaginer qu’il n’est question que de choses dignes d’intérêt.

Ensuite elle s’en va « créer » quelque part dans Paris et parfois dans le même temps elle dirige aussi dans son bureau atelier du XX arrondissement toute une équipe de gens fidèles et dévoués. Elle note ses idées sur un petit carnet qui ne la quitte jamais. Il y en a au moins 200 stockés dans sa bibliothèque Vitra.

Après un déjeuner sur le pouce (soi-disant elle ne veut pas perdre de temps, en réalité elle veut perdre du poids). Elle enchaîne des rendez-vous millimétrés qui la conduiront jusqu’au soir. Son second mari, un musicos hispter de dix ans son cadet se sera occupé des enfants issus de son précédent mariage.
Il aura eu le bon goût de dresser la table et d’allumer les bougies.

Ses secrets de beauté : elle s’accorde à chaque changement de saison un nettoyage de peau chez Joëlle Ciocco (600 euros le soin) ainsi qu’un massage avec Elodie du Meurice (200 euros) qui sait si bien délier ses points de tension. Elle hydrate sa peau avec un sérum ayurvédique qu’on ne trouve qu’au Kerala et termine en ne jurant que par les bienfaits des produits des annonceurs phares du magazine.

A la lecture de sa journée type nous la détesterons cordialement.

 

(prochain billet, ma vraie journée type)

 

Post écrit en écoutant sur Qobuzz WATER,  le dernier album d’Hélène Grimaud. C’est Le Doux qui est abonné à Qobuzz, moi c’est Spotify, je ne vois pas la différence, Le Doux oui, il dit que le son n’a rien à voir. C’est son côté oreille absolue qui parle si je puis dire.

La peinture est de Jane Puylagarde, qui a déjà été à l’honneur sur ce blog,  C’est son style première période, personnellement j’adore, mais ce quelle a produit par la suite est incroyable. Je vous propose d’aller le découvrir le mois prochain à la galerie de l’Europe à Paris.

 

 

 

 

 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

6 réflexions au sujet de « Une journée avec Happy Q (part one) »

Laisser un commentaire