Une soirée au MET Museum

 Malgré les superpositions de laine, soie ou velours, le froid traversait mes vêtements, Il était 7H40, j’étais en retard et n’avais aucune excuse. Au niveau de la 72 ième, j’ai attaqué une accélération et 5 minutes plus tard, je rentrai en nage dans l’immense hall du Met Museum. Deux jours auparavant, à l’embarquement d’Orly, un inconnu m’avait abordée, nous avions discuté de choses et d’autres, il m’avait invitée à dîner au musée, j’avais dit oui.

Pourquoi avoir accepté ? En 1 par curiosité, en 2 pour saluer l’audace, en 3 à cause du hasard des connexions communes, en 4 pour l’intérêt partagé de certaines choses, en 5 parce que même si la séduction feinte fait partie du charme et de la présentation de chacun, aucune place ne fût faite à une quelconque ambiguïté, chacun ayant décliné son état civil et militaire.

Pour accéder à la salle de restaurant, il avait fallu traverser les grandes galeries de l’Antiquité, des bustes d’empereurs romains, des sculptures guerrières, des corps mythologiques, helléniques, un peu nus, puis un vase de Phylétos par-ci, un éphèbe de Polyclète par là. Personne autour, que les vigiles et l’inconnu.

“Seuls les membres peuvent venir dîner ici”, a-il dit. Pour l’entomologiste urbaine que je suis, être plongée dans cet aquarium new-yorkais est un cadeau du ciel. “La vue est sublime” a rajouté l’inconnu, avant de préciser “enfin, le jour”. En effet, l’immense salle aux tons orangers offre une large vue sur Central Park, ce qui à cette heure-ci ne sert à rien mais qui augure une grande trouée verte horizontale la journée.

IMG_4319
IMG_4316La clientèle, très Upper East Side était composée essentiellement de femmes apprêtées à l’âge indéfini, mais que j’évaluai en étant honnête légèrement au dessus de 100. Je me suis vue dans 50 ans, aux manettes d’un blog intitulé Happycent ou plutôt (tiens c’est une idée) un blog post-mortem intitulé Happy6feetHundred, à rédiger à l’avance bien sûr. Bref concernant les antiquités plus récentes et à peine moins funèbres : d’un côté, une vieille dame très maigre et très élégante, à la joncaille argentée et au brushing cathédrale avait garé son déambulateur sur le bas côté. De l’autre, trois copines (290 ans à elles 3) étaient attablées et se marraient comme des baleines entre 2 lampées de Chablis.

Dans 50 ans, quand des inconnus ne m’inviteront plus à dîner, je veux être “Elles”, me dis-je : débarrassée des problèmes de poids ou d’amour, friquée, rigolarde et me tapant la cloche avec mes copines, entourée d’œuvres d’art…. 

 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

12 réflexions au sujet de « Une soirée au MET Museum »

  1. Comme quoi, tant qu’i y a de la vie, il y a de l’espoir…
    La suite ne dit pas si la puissante invitante était de la même génération
    Ou alors c’est réservé à Happy Q sous X…

  2. Ma chère HappyQ,

    Dans 50 ans, j’espère que tu seras toujours l’Invitée au charme irrésistible, bonne vivante et rigolade..
    Je ne t’imagine aucunement avec d’éventuels surcharges de poids.
    Quand à l’amour, il se cultive comme un potager.
    Il faut semer, patienter avant d’en récolter son dur labeur.
    On a tous le droit à l’Amour..
    Je te souhaite d’être entourée d’Oeuvres d’Arts mais surtout de tes bon amis et des tiens..

    AS

    1. Ah je crois (j’aspire !) à une sorte d’apaisement progressif, concentrée sur l’essentiel (cercle 1 et 2 : les amis, la famille), débarrassée du superficiel (cercle 3 et 4 : les relations, les ex, les collègues…).

    2. Non j’espère être débarrassée des chagrins d’amour et connaître un apaisement mérité, ce qui ne veut pas forcément dire être débarrassée de l’amour !

      1. Oui, mais un délire très mince, d’ailleurs ma parabole ne t’a pas échappé car depuis que j’évoque l’Olympe tu mets un i grec à Biker. « La flamme », la flamme …je persiste, ne doit jamais s’éteindre, seul l’amour( meme sans service après vente) peut l’entretenir.

  3. Comme quoi, à 100 ans à NY, on se marre plus qu’à Paris !!!!
    Je postule aussi pour le verre de Chablis entre copines à ce moment-là ( vu nos longues espérances de vie féminines , à ce qu’on dit! )

Laisser un commentaire