U=RI sur Sunset Bd

L’ambiance était baignée d’une anti-lumière flatteuse, de celle qui, associée à un bon maquillage ne vous fait douter de rien. La musique lounge était programmée sur un décibel permettant encore les conversations, et la déco Lego entre “Eyes wide shut” et hacienda n’empêchait pas un certain confort dans l’assise et la convivialité. Des grappes de filles sublimes étaient posées (toutes) sur de vertigineux talons que prolongeaient des paires de jambes nues à partir du dessous de la ceinture. Au dessus de la plupart des tailles étranglées, les deux seins siamois collés l’un à l’autre n’étaient partagés que par un sillon rectiligne. Happy Quinqua était là, au milieu des bombes, posée comme un rododhendron dans une roseraie. C’était hier soir au Katana, un restaurant branché de Los Angeles. N’ayant pas eu le temps de me changer et mettre une tenue plus sexy dans laquelle je n’aurais de toute façon pas pu lutter, j’étais la seule en ballerine / pantalon / marinière. Mon copain (un autre happy quinqua) avait rendez-vous avec un de ces vieux camarades (happy quinqua lui-aussi) qu’il n’avait pas vu depuis longtemps. Quand celui-ci est arrivé avec sa dernière conquête, une ukrainienne de 27 ans venue tout droit du cosmos, les conversations se sont tues, à juste titre. “C’est du nucléaire” ai-je entendu à ma droite, “grrrr” ai-je senti résonner dans ma tête. Tankée comme une déesse, carrossée comme une Ferrarri, tendue comme une arbalète, des pêches comme des melons, la bouche d’Angelina Jolie, les yeux de Linda Evangelista, bref le genre qu’on espère sotte en compensation de ce que lui a offert la nature. Et bien pas du tout, elle était gentille, futée et sympathique comme quoi le peu d’habit ne fait pas le moine. Et soudain je ne sais pas pourquoi, un souvenir de lycée me traversa la tête : la différence de potentiel est égale à la résistance multipliée par l’intensité.

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

6 réflexions au sujet de « U=RI sur Sunset Bd »

  1. Aucun doute HQ, tu peux repasser ton bac. D’ailleurs moi aussi, car je sais résoudre l’équation suivante: La longueur des jambes des Ukrainiennes est directement proportionnelle à l’épaisseur du larfeuille du Sieur Quinqua et l’age inversement proportionnel . Cité des Anges..mon oeil.

    1. Peut-on en vouloir aux filles belles d’aller vers l’argent facile, celui qui va leur permettre d’accumuler des points retraites sans travailler ? Et peut-on en vouloir aux hommes riches de prendre des belles et jeunes ? Personne n’est dupe. C’est souvent pathétique mais c’est leur problème. Heureusement il existe une justice immanente. une fois mariées et reproduites, elles se cassent et désossent le monsieur en demandant ce que la loi californienne leur offre : « HALF »

  2. Bonjour HQ
    Bon je voulais réagir hier à la lecture de ton post, mais pas eu le temps. Le Salon est un peu occupée, c’est la Saison.
    C’est vrai « ballerines » et tenue chic, et parisienne en plus, ça le fait pas face aux ukrainiennes, mais tu as oublié de dire que tous les jeunes californiens avec leur superbe crinière décolorée par la mer et le soleil se sont retournés sur toi. Normal : belle par sa différence, belle à son âge… Et alors devenir cougar ? Est-ce notre avenir ? Je ne sais pas mais je vis dans un pays où les jeunes filles sont toutes belles et ta description correspond à ce que je vois au quotidien, mais après on ne parlera pas, ou alors dans très, très longtemps, de belles HQ, comme tu l’es, car elles vieillissent si mal après une grossesse, que de nombreux et pas si beaux HQ européens en ont fait les frais et se sont retournés vers les HQ bien de chez nous et sans jogging avachies devant la télé…
    Merci de nous faire part de tes expériences
    le Salon

  3. moins qu’hier, plus que demain…. c ‘est la dure réalité de l’état physique …. mais pour le mental, plus qu’hier et moins que demain…. n’est ce oas une juste compensation avant le choc final de la sénilité…. alors vivons sur nos actifs réels et pas sur nos pertes passées.
    Rien n’est plus pathétique que nos quinqua blanchissants et souvent bedonnant.
    une de mes relations, avocat de son métier, exerce l’art difficile de corréler son age avec celui de ses petites fiancées… mais dans un rapport inverse… sont de plus en plus jeunes avec son avancée en age… et d’ailleurs ajoute-t-il le budget augmente de façon exponentielle avec chaque bougie…
    et effectivement, le petit peuple happyquinqua conclut que cet homme a des moyens financiers plutôt confortables sans même concevoir un « été indien physique » probable.
    je plains ces jeunes femmes qui gâchent leur peau satinée et tendue avec de vieux lézards… anticipant une générosité souvent absente en plus, peu confiantes en leurs attitudes à réaliser par elles-même leur vie, dilapidant leur temps en positions lascives, alors qu’elles, relativement souvent, ont bac +5.

Laisser un commentaire