Quand de l’obsession naît du beau

2013-03-21 20.54.392013-03-21 21.01.36

Les petits points ont grossi, ils sont coniques désormais et s’ils révèlent la même obsession, ils n’en délivrent pas moins autant de poésie. La peinture de Jane Puylagarde a pris de l’ampleur, elle s’est étoffée, et s’impose désormais dans la plénitude de sa maturité. Le nez collé à la toile vous entraîne dans l’infiniment petit, mais reculez de deux pas, et vous êtes dans le cosmos. Ce n’est pas tout les jours qu’on s’envoie en l’air aussi vite. Continuer la lecture de Quand de l’obsession naît du beau

Sauvons Consolation !

2013-03-16 10.17.24Niché dans l’écrin végétal d’un côteau qu’une source serpentine irrigue et contourne, l’Emitage de Consolation, offre encore aux visiteurs égarés les vestiges de sa majesté. Partir depuis le centre de Collioure, et s’y rendre à pied par le chemin des vignes (15 minutes) est l’itinéraire le plus agréable pour découvrir ce lieu plein d’histoire. Continuer la lecture de Sauvons Consolation !

Quatre crânes

Bien sûr toute ressemblance avec certaines personnes issues de mon carnet d’adresses est totalement fortuite et dépendante de ma volonté.

1/ N fut celui qui me donna envie d’écrire sur les crânes. Tout simplement parce que le sien était d’une curiosité inhabituelle. Il avait en effet la forme d’un parallélépipède rectangle quelque soit l’angle d’où on l’observait. En plongé ou en contre plongé, on pouvait apercevoir les arrêtes des coins dans lesquels il était amusant d’imaginer quelles pensées, quelles névroses ou quelle forme d’intelligences diverses avaient eu le bon goût de s’y loger.

Continuer la lecture de Quatre crânes

Le superflu d’abord, le nécessaire ensuite

IMG_4400

La lecture hebdomadaire de trop de magazines féminins durant les 30 dernières années a laissé des traces invisible sur notre épiderme reconnaissant et, a crée des besoins définitifs. Ah comment serait notre peau si nous n’avions pas suivi les conseils didactiques des rédactrices de mode ? Afin de ne pas regretter les milliers de francs puis d’euros, investis dans le budget Beauté, il me plaît de croire que ma peau est beaucoup mieux que ce qu’elle aurait été si je n’y avais pas consacré l’équivalent en valeur d’un studio dans un arrondissement émergent de Paris. Continuer la lecture de Le superflu d’abord, le nécessaire ensuite

Deauville, au secours !

IMG_4405Si en ce moment vous êtes amoureux ou si vous voulez vous suicider, Deauville est la bonne destination. Je ne connais rien de plus cafardeux que cet endroit-là en cette période de l’année. A défaut, votre seule excuse serait d’avoir hérité d’une maison ou/et d’être une toquée des produits de la mer qui ont le seul avantage de leur fraîcheur, mais pas de leur prix. Continuer la lecture de Deauville, au secours !

Meat up

La viande et moi, nous sommes très copines. J’adore la viande, j’assume, je suis une carnivore revendiquée. En plus d’avoir toujours l’impression de puiser une farouche énergie en mangeant de la viande, j’en aime profondément le goût, celui d’un persillé bien grillé, d’une poire rôtie, d’une araignée saignante, d’une aiguillette juteuse, d’un jarret de veau moelleux, Continuer la lecture de Meat up