Art,  Attitude,  Bien-être,  New York,  Non classé,  Sortir,  Voyages

Elle sont comment Les Jeunes Femmes de 50 ans ? 

Tout mot est chargé d’une dimension esthétique vocale. Ainsi par instinct et par goût je bannis ceux de mon vocabulaire qui sonnent mal pour les remplacer par d’autres à la musicalité gouleyante qui offrent à la litote leur part belle : pas si mal, féminines, canon, éblouissantes, rayonnantes, très charmantes, pétillantes, sportives, élégantes, énergisantes, intéressantes, avenantes, curieuses…. Telles sont Les Jeunes Femmes de 50 ans.

Malgré la subjectivité que les sons ont sur les émotions, les signifiants ou autres signifiés, il est évident que l’oreille entendra toujours plus positivement « Jeunes femmes de 50 ans » que les mots quinqua, quinquado, senior  ou vieillissement.

Le livre Les Jeunes Femmes de 50 ans n’a pas une prétention d’universalité. L’idée étant de donner à la gravité objective une dimension esthétique faite d’autodérision, de tendresse et de lucidité. Le Jeunes Femmes de 50 ans, c’est le témoignage d’un cheminement, celui d’une photographie de la vie en ce moment précis. Il y est question d’anecdotes, d’observations, des amours, des âmes et des hommes, le tout à l’aune de mes expériences et de celles de mes copines.

Comment est-il possible de rafraîchir sa page quand les fondamentaux de la vie sont bousculés par des échéances inéluctables ? Des choses liées au départ des enfants, aux déséquilibres du couple, à la santé des parents, à la carrière qui prend l’eau, à la gestion de la solitude, à la re-programmation du corps, à l’envie de partager des moments plutôt que des instants, et à la recherche d’un compagnon que notre maturité analyserait de façon plus objective et qui nous irait mieux que celui (ou ceux) d’avant, élu(s) par hasard ou choisi(s) pour de mauvaises raisons.

Voilà, ça parle de choses comme ça qui ont l’air dépress vues sous cet angle car au moment où j’écris ces phrases je suis à Trouville et derrière ma fenêtre se brumise le voile d’un crachin glacé. 

En réalité je mets beaucoup d’application à saupoudrer mes propos de zestes humoristiques, une façon de dédramatiser l’inéluctable et de revaloriser cette période de la vie. 

Voilà pour Les Jeunes Femmes de 50 ans.

Un super titre, même si je me rends compte à quel point le libraire demeure désemparé dans le choix de son emplacement parmi les autres livres. 

Ainsi ai-je vu en librairies « Les Jeunes Femmes de 50 ans » perdu parmi des essais politiques, noyé au rayon développement personnel, étonné au milieu de livres féministes, coincé dans la philo, paumé dans la socio, ou oublié à la verticale dans des étagères à la visibilité restreinte. 

Tout à l’heure je suis allée à la librairie de Trouville pour leur demander s’ils l’avaient en leur avouant que j’en étais l’auteur. Ignorant ma demande, la libraire me répond que son mari aussi écrit. Et de me vendre son recueil de nouvelles publié à compte d’auteur, et de m’en lire à voix haute les premières pages, et de me montrer du doigt l’héroïne évoquée (leur fille) qui se tenait assise sur une chaise en souriant, et de me convaincre à quel point l’auteur écrit merveilleusement, Et de rassembler tous les ouvrages de l’auteur en question, et de raconter le Pitch de chacune des nouvelles (et, moi, de regarder ma montre) et qu’il était vraiment fâcheux que cet ouvrage ne soit pas distribué partout en France. Parce qu’il le valait bien.

– Ah super ! ai-je dit, un peu désolée de ne pas m’indigner plus que ça et de ne pas acheter tous les exemplaires disponibles à la vente de cet auteur injustement peu reconnu. Et pour Les Jeunes Femmes de 50 ans ?

– Les Quoi ?

Bon à défaut de ne pas trouver Les Jeunes Femmes de 50 ans à la Librairie de Trouville, je vous propose de passer à La Librairie du Bon Marché le samedi 26 mai entre 16H ET 18H, pour une séance de dédicace. Le programme est simple : Petit shopping au BM, ensuite thé Macha chez Rose Bakery, ensuite monter jusqu’au deuxième étage à la Librairie.

A défaut vous pouvez toujours commander l’ouvrage sur Amazon, il vous sera livré à domicile et mon ranking ne s’en trouvera que plus haut.

 

Merci aux blogueuses de la semaine pour leur post  :

https://www.1mondeapart.com/single-post/2018/05/09/Je-kiffe-les-jeunes-femmes-de-50-ans

http://www.matchingpoints.fr/2018/05/07/lecture-mylene-desclaux-les-jeunes-femmes-de-cinquante-ans/

http://40andsowhat.com/les-jeunes-femmes-de-50-ans/

En vrac je vous livre mes petits plaisirs  et observations de la semaine

Voyage à New York où tout plein de gens ont des antennes qui leur poussent niveau des oreilles.

Ici nous sommes au Radio City Hall pour la cérémonie de Graduation de ma fifille, un show à l’américaine avec le décorum, les « hugs », les cris de joie, les chapeaux lancés en l’air et les congrats à tout-va.

Je ne connaissais pas le travail de Grant Wood, et bien voilà lacune comblée. une belle expo vue au Whitney Museum à laquelle nous nous sommes attardés avec bonheur. Un imaginaire vériste mi-effrayant mi poétique.

De retour à Paris, vu l’expo de Jean-Marc Scialom, ses peintures sont d’une grande force. De photographe à peintre, l’histoire d’un beau parcours.

Et puis cet endroit dans le marais devant lequel nous ne faisions que passer et où nous sommes restés plus d’une heure. Un pur bonheur. Allez-y pour un avocado Toast, un bon café à l’étage, ou pour acheter ou regarder des trucs en céramique conçus  par des artisans. 

Bon c’est vrai c’est un post un peu long, mais comme je vous l’ai dit, nous sommes à Trouville

et il pleut

 

Happy Quinqua, c'est moi !

14 Comments

  • christinelombard

    Bonne tournée!
    moi aussi j’ai découvert avec étonnement les sublimes oeuvres d’art de Grant Wood et j’ai photographie la meme peinture que toi. ..
    Je te souhaite tout le succès que tu mérites…
    j’ai commande ton livre sur Amazon… Je l’attends.

  • jai50ansetapres

    Tu as bien raison de nous représenter avec une bonne de dérision. C’est la vie et il vaut mieux bien le prendre ! Je ne serai pas présente à ta séance de dédicace, c’est loin Trouville, moi je suis dans la Navarre mais peut-être descendras-tu jusque là pour promouvoir ton bb. Bon lundi

  • nanounette

    Les jeunes femmes de 50 ans est arrivé . Fêtant mes 55 ans cette année et étant un peu angoissée pour ce 5…5… qui arrive (j’ai divinement bien vécu mes 50) je me dis que la lecture de votre livre s’imposait.Je vais donc me poser, le lire voire le dévorer et découvrir votre blog .

  • Slow Down

    Je découvre ton livre en surfant chez Matching Points, et voilà qu’il tombe à pic, j’ai 50 ans dans une semaine ! Je vais l’acheter dès la date fatidique passée ! Bonne dédicace samedi!

  • quinquabloc

    Bonjour Mylène ! J’ai acheté hier « Les jeunes femmes de 50 ans ». Dès que j’en aurai fini la lecture, je promets de la commenter. Pour ma part, je l’ai trouvé chez Mollat, grande librairie indépendante bordelaise ! un peu planqué en revanche ! Bonne journée !

  • cecilesauthieux

    Bonsoir belles jeunes femmes de cinquante ans, j’attends la livraison…j’en ai parlé avec ma jolie jeune fille de trente ans tout à l’heure et m’a dit « ho muttie ça donne envie»
    À bientôt

    • M.

      J’adore !
      Merci pour votre confiance
      J’espère bien donner envie, et aussi l’idée d’apporter un peu d’amusement, et ça c’est pour tous les âges.
      Bon week-end
      bonnes vacances si vous êtes en partance

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :