Jusqu’où est-on influencé(e)s ?

L’air du temps se respire un peu partout, et seuls des séjours prolongés dans une grotte pourraient nous préserver de ses multiples influences.

Les tendances, sont d’abord perçues, puis testées, parfois adoptées.

Ces vents de mouvance peuvent imposer des caprices, se transformer en croyances, évoluer prosélytes. On les avale d’une lampée, et pendant un temps on vit avec.

Nous nous habillons selon des préceptes suggérés par les gourous de la mode, les rédactrices des magazines, les vitrines des boutiques, les belles filles dans la rue, les dernières acquisitions de nos copines, les fluctuations de notre poids, celles de notre budget, et l’idée que nous avons de ce qui nous va.
Nous avons toujours cédé à un paquet de gouvernances qui nous ont poussés à adopter des choses parfois discutables.

Ainsi côté vestimentaire comme beaucoup j’ai eu ma période jeans taille basse, vestes épaulées, pompes à bouts carrés …
Côté alimentaire, toujours prompte à promouvoir tous les types de graines, de blé, d’algue ou de vitamines encapsulées, je prête facilement allégeance à qui me promet énergie du corps et beauté de la peau..

Même chose en cosmétique, secteur dans lequel j’adore oser, j’ose adorer, et de m’enduire avant de ranger, de jeter, de passer à autre chose. (C’est bizarre comme avec le temps, les crèmes anti-âge sont de moins en moins efficaces, ne trouvez-vous pas ?)

Bref, dans mon dressing, sur la tablette de ma salle de bain et dans mon assiette, un paquet de produits nouveaux se succèdent.
Jusqu’où s’étend le talent d’un bon attaché de presse, le pouvoir d’une bonne communication ?

Parfois j’ai le tournis, tout va trop vite
Et cette impression de rater quelque chose,
d’être en retard d’une guerre

Efficace ou non, ce qui est nouveau est tellement séduisant et je suis d’une porosité rare vis à vis de la nouveauté (Le Doux me regarde bizarre quand j’écris ça)

Justement à propos de nouveauté …

Si vous êtes libre le 12 avril à 18H30 je vous propose de me retrouver à la Librairie de Paris (7-11 Place Clichy Paris 9°),
j’y dédicacerais « LES JEUNES FEMMES DE 50 ANS » (éditions JC LATTES), mon premier livre, ya ya yay

 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

2 réflexions au sujet de « Jusqu’où est-on influencé(e)s ? »

  1. Ah! ma belle Mylene tu as toujours raison.
    Je ne serai pas la pour la signature de ton livre, je serai a l’Opera pour voir « Cendrillon… »
    Mais toutes mes pensées seront avec toi.
    Ton livre aura beaucoup de succès j’en suis sure!
    A bientôt!

Laisser un commentaire