Apparence,  Art

Pépites et promenade

Le confinement a réveillé mon goût pour les promenades dans les cimetières. 

Je me sens bien dans le silence qu’inspirent les existences passées, comme une ode à  l’émotion, au recueillement et à la mémoire.

Je marche lentement dans les allées d’où s’exhale la puissance olfactive d’un humus froid et floral. Je dis bonjour Monsieur, bonjour Madame, je suis Mylène, je vous prie de bien vouloir m’excuser pour cette intrusion sur votre toit. Et en même temps, c’est dans les deux sens, mon divertissement est peut-être aussi un peu le vôtre, vous ne devez pas avoir tant de visites que ça en ce moment. Pendant que je salue in petto les âmes enfouies je lis avec la plus grande attention les noms, les dates, les durées de vie… J’apprécie ou me désole de l’entretien de la sépulture, elle donne la date, elle dit l’oubli ou le souvenir, récent ou lointain. J’observe la photo du défunt prise toujours trop tard et la petite plaque de marbre au propos souvent banal. « A mon père », est sincère « A nos parents » joue collectif, « A ma cousine » ou « à ma tante » sonne comme un remerciement testamentaire. Parfois les choses se sophistiquent avec un bout de poème issu de la production familiale ou d’une petite phrase charmante bien gravée dans le marbre.

Trop tard pour corriger la faute d’orthographe,

A t-on la tête à la relecture dans ces moments-là ?

Et puis qui va le remarquer ?

Happy Quinqua, c'est moi !

7 Comments

  • de Massia Ory

    Bravo pour ces escapades paisibles !
    Et… Il y en a qui suscitent toujours « un sous-rire »,
    j’aime aussi marcher dans un cimetière et pour faire comme toi chère amie , je saluerai les « habitants » de ces lieux poliment tout en les interrogeant « comment ça va là-haut ? »

  • Matching Points

    Nous fuyons tous les lieux qui rappellent la mort et la souffrance. Pas de sérénité pour nous dans les cimetières sauf peut-être San Michele ou bien certains cimetières marins où reposent d’ « éternels estivants ».

    • M.

      Hello Les Matching Points, je comprends et je respecte votre point de vue, c’est curieux je ne pense ni à la mort ni à la souffrance dans un cimetière, je n’y vois que les noms de gens. Ils ont vécus, et peut-être ont été heureux, je les salue. Je suis désespérément optimiste. En fait ça m’arrange. Je vous embrasse, m

  • Catherine

    Chère Mylène, je parle au nom de mes copines et moi-même : à quand votre prochain billet ? On a toutes adoré votre livre, toutes déprimé avec les confinements (fini les soirées entre happy Q, les musées et ciné, et pour celles qui étaient les plus chanceuses fini le happy Q avec leur amant), et on attend toutes de vos nouvelles revigorantes !

    Catherine, fervente admiratrice !

    • M.

      Chère Catherine,
      O merci merci
      Votre message a fait ma journée, laquelle était maussade après le mensonge de cette météo qui ne tient pas ses promesses….
      Je vous réponds demain en mode public, si vous voulez bien… et vous dis tout !
      Bonne soirée
      Mylène

Répondre à M. Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :