Non classé

Sur les traces de mon passé…

Ce dimanche matin à Collioure, jour de signature, de marché et de la fête des pères, l’exercice a consisté à se souvenir de tous en tenant à distance les effets pernicieux du muscat de Rivesaltes.

 

Collioure est le village de mon enfance, je me suis déracinée dès que j’ai pu, mais j’y reviens dès que je peux. Ce moment de dédicace était émouvant.

Mon neveu Rémy, un facétieux de première, s’amusait à remplir mon verre sans validation et moi tel un bébé chèvre je me délectais de ce breuvage sucré dont je connais pourtant la traîtrise.

Je suis hypermnésique pour les noms. J’ai une passion du nom, du prénom et du surnom. Je peux passer des heures dans un cimetière à regarder les inscriptions sur les tombes, en apprenant par coeur les noms et dates de naissance et de décès de ceux présents ici-bas ou ici haut selon vos croyances. Je lis toujours l’intégrale de toutes les listes : les membres, les réseaux, les reçus, les adhérents, les génériques de film… 

Mais voilà, en matière de physionomie, je suis une catastrophe, je ne reconnais personne, je fais toujours semblant.

Je demande donc pardon solennellement à toutes celles, à tous ceux que j’ai pu blesser en leur redemandant leur prénom alors que nous avons peut-être… non quand même pas, là je m’en serai souvenue.

L’étape suivante consiste à faire une dédicace sentie et personnalisée à la personne avec laquelle vous avez gardé les cochons. Hors de question de lui servir un distant « amicalement ». Là encore, mon conseil, celui que je n’ai pas suivi aujourd’hui, est de ne pratiquer cet exercice qu’à jeun. 

Je remercie toutes les personnes qui ont acheté Les Jeunes Femmes de 50 ans ce matin, celles qui m’ont adressé leur félicitations pour ce magnifique article paru dans l’Indépendant, merci à Rémy pour le muscat, à Laurent du Sola pour les glaçons, à mon papa qui du haut de ses 90 ans, toujours parcimonieux de compliments, a fini par lâcher un « c’est bien ».

Pas trop tôt.

Bonne fête Papa

Happy Quinqua, c'est moi !

10 Comments

    • M.

      Merci Cathy, je ne suis pas sûre d’aller en Bretagne prochainement mais si c’était le cas je ne manquerai pas de le faire savoir sur le blog. J’étais à Vannes au salon du livre la semaine dernière et j’ai senti que j’avais quand même envie de revenir en Bretagne. Bonne semaine, M

    • M.

      « tu fais bouffer ta fourrure ? » ma papesse mais qu’est ce que cette expression que je n’ai jamais entendue auparavant ?
      Une traduction littérale de l’anglais ?
      Un cunnilingus mental ?
      Une erreur de l’écriture automatique ?

  • Matching Points

    Aller à Collioure, lire l’Indépendant, boire du Muscat de Rivesaltes et (essayer de) danser la Sardane est un beau programme qui, quelquefois, par chance, est aussi le nôtre. Buvons et dansons encore au succès de votre livre !

    • M.

      Merci les matching points, dites moi, dans quelle ville du sud êtes-vous exactement ? je vais faire une tournée de promo cet été dans 5 villes. J’espère faire votre connaissance. la bise. Mylène

  • Michelle ARZUL

    Bonjour Mylène

    Le hasard a fait que je tombe sur un article dans Elle présentant ton livre… Je me souviens des années passées ensemble à l’IEP de Toulouse. J’ai cheminé de mon côté, travaille dans un grand groupe entre Nantes où je vis et un bureau sur Paris. Mais surtout, je viens régulièrement dans mon pays natal à Canet en Roussillon où j’ai gardé avec ma soeur notre maison d’été. J’ai acheté hier ton livre et je serais heureuse de te faire un petit coucou.

    Michelle GASC aujourd’hui mariée à un vrai breton ( Jean-Yves ARZUL ) et quinqua comme toi, pas trop défraichie.
    A bientôt, j’espère

    • M.

      Bonsoir Michelle,
      Quelle surprise !
      Le blog, le livre et les quelques articles parus dans la presse auront fait remonter à la surface du présent quelques bons souvenirs et pas seulement.
      Je serai heureuse de te revoir Michelle Gasc. Je me souviens de ta petite coupe blonde et de tes bonnes notes aussi.
      Je suis en tournée promo cet été et à Collioure la première semaine d’Août.
      Sinon croisons nous à Paris un jour ?
      Affectueusement
      Mylene

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :