Non classé

Votre CV est-il encore présentable ?

Le C.V qui avait fière allure dans les années 1990 ne sert plus à grand-chose aujourd’hui, sinon à permettre de présenter le bilan d’une vie professionnelle loin derrière et… de faire connaître son âge.
Vous ne l’aurez pas mentionné, bien sûr, mais face à l’étendue de vos expériences, le recruteur ira directement à ligne de la date d’obtention du diplôme universitaire, fera un rapide calcul et, sauf recommandation ministérielle (et encore !), boum, poubelle. Présenter son C.V. n’a de sens qu’avant 50 ans, ensuite, on fera les yeux doux à votre carnet d’adresses si vous avez eu l’heureuse idée de l’entretenir.
Il sera cependant possible que votre plus haut piston (le ministre lui-même) ait ordonné au chasseur de tête de vous recevoir. Ce dernier recevra les mots emphatiques et sirupeux d’une lettre-type à papier gaufré pré-rédigée par une secrétaire du service public vantant vos qualités exceptionnelles, votre droiture légendaire, vos expériences réussies.
Là, dans l’espace climatisé d’un bureau de verre, vous allez vous retrouver face à un trentenaire monté sur souliers à glands qui va laisser libre cours à son arrogance en lisant à voix haute comme si c’était du finnois : « Kraft » « PPR » « Manufrance » « Saint-Gobain-Pont-à-Mousson ». Il s’arrêtera, posera un accent circonflexe au-dessus d’un œil, et vous demandera : « Ce sont des boîtes qui font quoi ? »
Rien que de lui devoir lui répondre vous donnera envie de vomir.
Vous décrirez un autre temps, il utilisera une terminologie affligeante que vous ne comprendrez pas. À l’heure du spectre large des mots en ING du wording, outsourcing, coding, et du champ lexical de la novlangue, vous aurez du mal à valoriser vos compétences. Déplacez vos centres d’intérêt et regardez ailleurs. Détournez-vous des glands.
La réinvention est en marche !
C’est la vôtre et c’est tout de suite.

 

Extrait de la partie TRAVAIL de « Les Jeunes Femmes de 50 ans » (édition JC Lattès) paru le 11 avril.

L’image représente un tableau de Kupka dont on peut voir la magnifique exposition au Grand Palais jusqu’au 30 juillet. Franchement courez-y c’est top.

Post écrit en écoutant Champagne

parce que la nuit promet d’être belle…

Happy Quinqua, c'est moi !

9 Comments

    • M.

      Instagram est davantage dans l’immédiateté, j’ai une devise c’est « au pire c’est non », nous avons l’âge désormais de toutes les audaces, donc, pourquoi pas, nous, les femmes de 50 ans opérons notre retour en force, peut-être même sommes-nous en train de redevenir à la mode ! Merci pour votre commentaire. Bon dimanche. Mylène

  • christinelombard

    Chere Quinqua, heureusement que je ne cherche plus de boulot, parce que j’ai du mal avec ce nouveau vocabulaire cybernétique tique et tique et que toi non plus tu vas échapper a ces sauts d’obstacles puisque te voila devenue ECRIVAIN a part entière.
    Tu vois je te l’avais dit…
    J’attends Nina qui arrive du Colorado ce soir pour qqles jours…
    Des Musees et des films en perspective…

    • M.

      Ma Papesse que j’aime, j’ai hâte de te voir, nous arrivons à NY vendredi avec le Doux et mon Tim qui fête aujourd’hui ses 30 ans (info qui trahit l’âge de la mère, alors que tout mon livre vise à n’en faire qu’une simple abstraction). Bref j’espère te voir, nous irons à la Frieze. je t’embrasse

  • jai50ansetapres

    J’ai 56 ans et je suis en recherche d’emploi depuis 5 ans.., J’ai fait une formation, des stages, un peu d’intérim… Le monde du travail a changé et j’ai l’impression d’avoir été propulsé dans une autre dimension. Le haussement de sourcil est bien connu, je l’ai souvent vu !!!

    • M.

      Courage, mais comme je comprends, comme je vois ça tous les jours ! Ne vous découragez pas, 56, c’est l’âge Canon, n’oublions pas. Et comme on va re-devenir à la mode ….

  • quinquabloc

    Bravo Mylène,
    Voilà un extrait qui m’enchante !
    Moi aussi, Quinqua, je m’évertue à chercher un autre job … et me heurte aux mêmes réflexes ! Comment ? Vous êtes mobile ? Vous êtes sûre ? Les réseaux sociaux, vous connaissez ? Ou pire, quand l’expertise et reconnue … nous sommes trop chères ! Mieux vaut alors benchmarker les postes à pourvoir avec nos expériences et les offrir à des juniors … quand ce n’est pas à ses stagiaires … mais j’ai déjà écrit sur ce sujet et là
    « Bande passante » !
    Mais un jour, notre ténacité finira par payer !
    Merci pour cette page ! Hâte de lire l’oeuvre en entier !

    • M.

      J’ai mis dans mon livre tout ce que mon esprit contient d’optimisme, sans se voiler la face pour autant. Je pense qu’on peut être lucide et pas dupe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :