Attitude,  Bien-être,  New York

Allez hop, ailleurs !

MEMO0048Tout lire sur le sujet jusqu’à ne plus savoir trop quoi en penser,
juger sous l’emprise d’émotions, s’indigner de tout plein de choses, pleurer à la lecture d’un article, réfléchir sur des solutions (pschittt, plouf), pointer du doigt les intérêts des gouvernants ou ceux des entreprises, partager des articles, s’indigner de l’utilisation de certains mots, se demander si on comprend vraiment ce qui se passe.
Et puis, et puis, épuisée, lassée du débat : « Est-ce parce que nous faisons ou est-ce parce que nous sommes ? » se mettre en mode avion, et partir à New York.

Mon premier jour est ce Black Friday dont le nom devient d’un mauvais goût total en la circonstance, même aux Etats-Unis. Les marketeurs n’ayant pas eu le temps de se retourner pour modifier leurs displays, donc partout « Black Friday » « Black Friday ».
Repus de la dinde aux cranberries du Thanksgiving de la veille, les New-Yorkais étaient dehors (et moi avec) en chemisette par 18° pour leur safari shopping.
Sur Lafayette, j’ai retrouvé deux copines Happy Quinqua, copines depuis longtemps, Quinqua depuis peu, Happy depuis toujours. On a zappé les soldes et les conversations sur Daesh (les deux des tueries). Nous avons donné dans la rigolade girly insouciante et débridée : l’amour, le sexe, les hommes, la vie à deux, le mariage…. Ensuite nous sommes allées à pied, le nez au vent du côté de l’East village dans un tout mignon estaminet qui vient d’ouvrir appelé Le Petit Parisien où nous nous sommes régalées d’un sandwich baguette au foie gras, croustillant à l’extérieur, tendre à l’intérieur.  Hyper bon !
Que dire de cet instant ? Trois copines insouciantes, une parenthèse joyeuse, un moment précieux, une amitié partagée.
Et soudain clac – un dingue – et tout peut s’arrêter !

Happy Quinqua, c'est moi !

8 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :