Jusqu’où faut-il s’épiler ?

C’est une question que l’on devrait poser d’abord aux hommes mais qu’on ne pose qu’aux copines ou à défaut qu’on se pose à soi-même. Alors ? Le maillot, l’intégral, le brésilien ou le jardin à l’anglaise ? Pour qui et à quel âge ? Que dit la mode ? A la rédaction de Happy Q (LOL) nous avons mené l’enquête sur les choix d’apparence de cette zone intime et délicate qui se situe entre le dessous de la ceinture et le haut de la cuisse. Une question un poil pas évidente à débroussailler. Je demande à mes fidèles lecteurs de détourner le regard. Amies lectrices je soulève le voile, j’attends vos commentaires.

Premièrement, évitez de raser ces zones-là. C’est la base. Celles qui commettent l’erreur d’un coup de rasoir dans l’urgence d’une baignade inopinée ou d’autre chose de tout aussi inopinée ne pourront que le regretter le lendemain. N’oubliez jamais qu’un poil habitué à se faire arraché s’enlève facilement et qu’il est déconseillé d’épiler à la cire un poil habitué à se faire raser. Fortifié par le rasage, le poil ne se laisse pas faire. Vous allez hurler, mais ça tout le monde le sait. Et je vous passe l’effet « picotements garantis » de la partie adverse qui s’y risquerait the Day After.

Le « maillot » ou plus volontiers appelé la « Bande Maillot » sur le menu de l’esthéticienne, c’est un peu la prime accession de l’épilation. C’est un mot que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, c’est par là que nous avons commencé, nous, les HQ quand la coutume nous ordonnait de n’épiler que les dépassements. Au fil des années, la zone épilée a gagné du terrain, un effet dû à la montée en dictature du string. Il a nous fallu subir 20 ans d’inconfort inavoué, de cystites à répétition, de mycoses déplorables et autres dommages collatéraux pour que les ventes de string baissent enfin !

Moins que le maillot il y a le rien du tout, la coupe « économie de marché » le laisser faire qui n’est jamais très loin du laisser aller. On frôle les préceptes de décroissance, d’anti-consumérisme, d’écologie, c’est la nature, c’est green, sustainable, je vous aime, Jésus revient. Ça, c’était avant.

Si vous êtes adepte de l’intégral cela signifie que vous êtes une américaine, une parisienne de moins de 40 ans ou une jeune fille de 20 ans. (Ce qui est sûr c’est que vous n’êtes pas une allemande. Ni le maillot, ni les bras, ni les jambes, ni la moustache, les allemandes n’épilent rien. On les aime pour d’autres raisons.). L’intégral a quelques avantages : c’est lisse, ça glisse, c’est agréable, le cunnilingus ne subit aucune déperdition et le morpion n’a pas de prise. Les jeunes hommes nourris aux images porno volées sur le net, veulent … du net. Les jeunes filles pour leur plaire s’exécutent.

Inconvénient : C’est comme les racines, il faut les faire toutes les 6 semaines, sinon votre mont de Vénus ressemble à une pub pour un gel de coiffage pour ado. Mais après 45 ans, l’intégral, c’est limite grotesque. Sans rentrer dans des considérations hygiénistes ou autres que je ne souhaite pas développer, je vous propose si vous en doutez, de l’essayer, regardez-vous ensuite dans un miroir. (C’est mon dernier fou rire avec moi-même).

Inversement proportionnel à la barbe qui s’allonge, cette tendance du « No poil » touche aussi les hommes. Je vous en épargne les raisons profondes dont l’une trouve son explication dans l’aphorisme suivant « Dans la forêt déboisée, l’arbre paraît plus grand » (empruntée à Myriam, esthéticienne dans le 15°)

Ma reco (pour nous) est un peu jésuite si je peux me permettre cette audace comparative, ma reco c’est le brésilien : Il peut se décliner en triangle ou en titre de transport, il est le bon compromis pour qui a une pilosité normale. Après il a ses options à la carte auxquelles vous répondrez en fonction de votre humeur ou de votre pudeur « On  fait les lèvres ? » ou alors plus drôle et déjà entendu « Je vous rappelle que le sillon fessier est en sus ». Hilarant ! Poilant !

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

16 réflexions au sujet de « Jusqu’où faut-il s’épiler ? »

  1. J’adore !!! C’est drôle, bien vu et, last but not least, très bien écrit – as usual !

    Alors, j’y vais de mon petit commentaire, plutôt éclairé grâce à l’une de mes amies qui exerce la belle fonction de psychologue clinicienne, spécialité sexologie.

    Donc, figurez-vous que les coutumes boboisantes de la jeunesse féminine occidentale ont une incidence non négligeable sur la sexualité de ladite jeunesse. En effet, épiler ce ´noir jésuś endommage voire bousille complètement les glandes de Bartholin. Qu’est-ce donc vous demandez vous aussitôt, plus habitué(e)s aux cunilingus, fellation, pénétration comme ci ou comme ça, …

    Et bien ce sont deux petites glandes situées de part et d’autre de notre intimité et qui en assurent la lubrification. Outre le fait que de plus en plus de jeunes femmes – ouf ! nous, happy Q, sommes préservées – sont gênées pour faire l’amour, elles risquent aussi l’abcès et l’opération (because les glandes peuvent être bouchées)!!!

    Attention, les dégâts sont irréversibles lorsque l’épilation est définitive (laser ou autre).

    Fort de ces considérations, le poil reviendrait à la mode. Eh oui !
    Pour paraphraser un soixante-huitard emblématique, nous sommes toutes des allemandes poilues ! Tel est notre destin…

    Manuelle

    1. Merci pour ce commentaire explicatif et circonstancié, mais les filles de 20 ans ne pensent qu’au moment présent, et connaître les conséquences de l’épilation définitive ne va pour autant les faire changer d’avis, dommage, c’est comme la cigarette, on leur dit et on leur écrit les risques mais elles continuent à fumer. Les effets du laser sont moins graves que ceux du tabac…. Finalement c’est un peu ça être jeune, ne pas se soucier des conséquences. Alors que nous… les HQ !

  2. Merci Happy Q pour ce billet poilant et si bien écrit qu’on en oublierait presque que le sujet est délicat … Merci Manuelle de nous donner une bonne raison de ne plus souffrir ou plutôt de ne plus envisager de passer à ce stade ultime de la torture.
    Finalement, c’est toujours bon d’attendre … la solution vient toute seule ..
    Margot

  3. j’ai toujours fait attention a ma chevelure du bas par sens de l’ordre , de l’esthétisme, et de l’hygiène…Donc coupe au cordeau, style bon ton, bon genre…Jusqu’au jour ou l’être aime et adore m’a dit: tu vas laisser pousser un petit peu ce triangle si…net…
    Un peu d’herbes folles..un petit jardin a l’anglaise pour changer..si ça ne te dérange pas…? voila, eux aussi ont le droit de donner leur avis…comme tu dis, ma chère M au début de ton blog!..et voila en plus du temps de gagne!

  4. Vous nous faites bien rire, et on le sait, le rire fait du bien.
    Mais votre post soulève aussi un problème existentielle : j’épile donc je suis, la totale ou le ticket de métro ? Ou alors je laisse la nature prendre le dessus qui semble être le dernier must de la mode ? C’est notre sens esthétique qui devrait nous guider pour ne pas tomber dans le ridicule ou le style porno !
    Mais Achtung : Une partie des matchingpoints est d’origine allemande et elle récuse le clichée de la femme allemande poilue ! Zut alors…

    1. Je demande pardon aux femmes allemandes pour mes préjugés à l’emporte pièce. En plus il paraît qu’en effet c’est faux, ou plutôt ce n’est plus vrai. J’aurais pu/dû dire hollandaises; elles sont plus rares… (Au fait est-ce l’une de vous 2 qui est passée à Collioure ?)

        1. Waouh !! il y avait longtemps que je n’étais pas allée sur votre blog, mais alors quelle envolée ! bravo, c’est éclectique, intéressant, il y a plein de sujets, de commentaires, je vous félicite (tout en me disant que je ne travaille pas assez…) Merci pour tout ce que vous offrez à vos lecteurs. Merci pour votre fidélité aussi….

  5. Vraiment chouette ton texte et très bien écrit, d’ailleurs j’ai coché la case pour les recevoir tous de dorénavant jusqu’à désormais! Et puis je vais t’envoyer celui que j’ai écrit et moi et qui est sorti il y a qq années ds la gazette de Bali, intitulé « épilation du maillot à la balinaise ». Bises

  6. Plus de trente ans que les atteintes aux pilosités me mettent mal à l’aise, un pubis totalement épilé éteint mon désir. « Habillée, elle a l’air d’avoir à peu près les 48 ans déclarés Nue, elle a l’air d’en avoir 8! Fuyons avant de commettre un crime! »
    C’est là juste un témoignage qui peut être élargi.

    1. Merci Frédéric pour ce témoignage sincère et viril, qui m’inspire un nouveau post sur la pilosité et notamment celle des hommes, parce qu voyez vous Frédéric j’ignore si vous la portez mais personnellement je n’en peux plus de la barbe. donc un peu plus de poil chez les femmes (en bas) un peu moins de poil chez les hommes (en haut).

Laisser un commentaire