Rappelez-moi ce que vous faites ?

730F4B2D-6C36-42A9-8D71-F17B8385226ANous sommes dans un dîner de la rive gauche. Les invités sont des entrepreneurs, les invitées sont des entrepreneuses, les deux ont réalisé des culbutes. (Après mon post sur le Mariage, j’étais partie pour calmer l’acidité, et rajouter du sucre, Le Doux trouve que ça démarre mal.)

Même s’ils ne se connaissent pas, chacun sait qui est l’autre ou fait semblant de ne pas avoir à lui demander.
– « Et vous faites quoi ? » me demande le fondateur de Google.
Au secours, est-ce que quelqu’un pourrait me vendre un statut professionnel vite vite vite ?
En général j’ai plusieurs réponses élastiques que j’adapte  : « je gère mes « assets », j’étudie la musicologie, j’accompagne des start-ups, j’écris un livre, je propose du contenu à des entreprises….  » Tout est un peu vrai et un peu faux, et je peux étirer l’élastique dans un sens ou dans un autre selon mon interlocuteur.
Je sais que le « Rien » risque de me renvoyer au fond en bout de table, ou direct sous le tapis du salon. Pourtant, un peu maladroitement c’est quand même ce que je réponds.

Dans tout les cas, ce soir, c’est beaucoup mieux de l’écouter, lui (Quand même, Google, c’est super connu ! ). Et j’ai envie de lui poser plein de questions du genre « Et comment vous est venue l’idée ? ». « Mais quelle réussite exceptionnelle ! bravo »
Mais quelqu’un me coupe la parole et s’écrie alors : « Rien ? mais c’est formidable, comme j’aimerais ».
Il peut y avoir de la bienveillance, du mépris, de la jalousie dans cette réponse. Tout dépend si la personne qui réagit a elle-même une belle vie ou si elle passe tous les jours une heure dans les transports en commun pour aller se faire sadiser par un boss pervers et lunatique.
Et puis je me lance : « Mais j’ai un blog, ça s’appelle Happy Q »
Alors le fondateur de Google me dit :
QUOI ? Qu’est-ce que j’apprends ? HAPPY Q c’est vous ?

 

Post écrit à New York en lisant le Nouvel Obs de la semaine. Résultat 1600 visites en deux jours ! Soit l’Obs cartonne grave soit le sujet intéresse. Les deux, sûrement.

PS/ Ouh la la Je me suis fait un peu tancer sur mon précédent post. Cela me permet de mesurer la liberté d’expression de mes publications sans avoir un boss (ou un annonceur) qui m’explique que j’exagère et que je dois revoir ma copie.

 

Publié par

M.

Happy Quinqua, c'est moi !

7 réflexions au sujet de « Rappelez-moi ce que vous faites ? »

  1. J’étais à ce diner… La scénariste à coté de Laurent. Tu vois je me suis inscrite à ton blog et j’adore…! Tu es toujours à New York? Bises et à bientôt, Carole

  2. BRAVO pour les photos et l’article dans l’Obs que j’ai découvert hier en hurlant à la ronde (au Flore quand même) : c’est ma copine Mylène, en exhibant le journal à bout de bras, fière comme tout. On a tendance à croire que la renommée et le succès des amis rejaillit un petit peu sur soi. Gardons cette illusion. Si on les connait, c’est qu’on les mérite …

    BRAVO pour le blog et tout et tout !!! Tout sourit à notre happy quinqua de choc : amour et succès.

  3. Nous sommes impressionnées à mort et très fières de compter parmi vos lectrices ! Votre future livre sera un bestseller
    Pour votre dernier post, nous ne sommes pas sûres que ce soit si exagéré que ça – nous aimons votre sens de réalisme … 🙂

  4. Bravo et bon courage pour l’écriture de votre livre qui sera certainement plein d’humour comme les articles du blog. Concernant le dernier, s’il est vrai que les jeunes générations n’aiment pas qu’on leur casse leurs rêves (et on les comprend), le vécu des quinqua, sexa et autres décennies leur permet de prendre de la distance, de sourire et « d’opiner du bonnet ».

Laisser un commentaire